Entre passé et projet: le rapport à l’histoire et aux identités politiques dans les atlas modernes

Entre passé et projet: le rapport à l’histoire et aux identités politiques dans les atlas modernes

 Troisièmes Journées d’étude du groupe ACSAM

Ecole Française de Rome

20 et 21 juin 2013

 

Présentation des thèmes des Journées d’étude :

Le groupe ACSAM (« Les atlas dans les cultures scientifiques et artistiques modernes et contemporaines ») propose deux journées d’étude sur les atlas, envisagés dans la perspective de la représentation du rapport à l’histoire, d’une part, et dans celle de la construction des espaces et des identités politiques, d’autre part.

La première journée sera consacrée à une réflexion collective sur les atlas historiques produits à l’époque moderne et contemporaine. Comme on sait, dès le XVIe siècle, dans les éditions « révisées » de la Géographie de Ptolémée,  la question du rapport au passé a été rencontrée. De même, parallèlement à son Theatrum orbis terrarum, Abraham Ortelius a dessiné des cartes historiques, qui progressivement ont donné naissance à un ouvrage spécifique intitulé Parergon. Ortelius ouvrait ainsi la voie à une série d’atlas explicitement dédiés à la représentation du passé sous diverses formes : histoire religieuse, histoire civile, histoire poétique ou littéraire. Cette histoire n’est pas achevée, loin de là, puisque, aujourd’hui encore, de très nombreux atlas historiques sont publiés.

Les questions que nous souhaitons aborder lors de cette première journée sont les suivantes :

–                Comment ces atlas et recueils qui représentent l’histoire à l’aide de la cartographie sont-ils conçus et élaborés ? Selon quels principes graphiques et éditoriaux ? Quelle est, en général, la forme adoptée pour les atlas historiques ? En quoi est-elle spécifique, le cas échéant ?

–                Quels sont les contenus de ces atlas ? Quels objets historiques représentent-ils ? Selon quels types de périodisation ? Quels sont les styles iconographiques mis en œuvre dans ces recueils ?

–                Quels sont les acteurs engagés dans la fabrication des atlas historiques ? Quels auteurs ? Quels graveurs ? Quels éditeurs ? Plus généralement : quels réseaux de production et de diffusion ?

–                Enfin, quels sont les discours historiques qui sont véhiculés au sein de ces atlas ? Quelles sont les histoires qui sont racontées ? Autrement dit, quelles sont les modalités de la configuration du temps qui sont mis en œuvre dans les atlas historiques ?

L’objectif de cette première journée est de parvenir à une analyse comparative d’atlas fabriqués à différentes dates (entre le XVIIe et le XXIe siècle), dans différents centres de production européens et non-européens, et dans différents contextes socio-politiques, afin de poser de façon globale le problème des modalités de la représentation du passé dans les atlas historiques.

 

La seconde journée de ces rencontres sera dédiée à la présentation d’analyses consacrées au rôle des atlas géographiques dans la fabrication des territoires et des identités politiques. La fonction politique des atlas est bien connue. C’est dans les atlas que les lecteurs modernes ont appris les découpages territoriaux et les hiérarchies politiques, les centres et les périphéries, et qu’ils ont pu suivre la succession des conflits et des revendications identitaires à propos des territoires cartographiés.

Les thèmes qu’on aimerait aborder lors de cette seconde journée sont les suivants :

–                Quelle est la rhétorique politique spécifique mise en œuvre dans les atlas ? Quels sont les objectifs ? Les modèles et les formes ? Les revendications ? Portées par quels groupes d’acteurs ?

–                Que peut-on savoir de la diffusion de ces atlas ? De leur usage ? De leur implication dans les entreprises politiques ? Par exemple lors des litiges frontaliers ?

–                Comment, dans ces atlas, les territoires sur lesquels le contrôle politique est revendiqué sont-ils représentés ? Comment leur « identité », leur « substance », leur « caractère », sont-ils montrés, présentés ? Notamment dans le cas des atlas nationaux ?

–                Est-il possible de saisir une différence dans les opérations graphiques et rhétoriques mises en œuvre dans les atlas dédiés à la représentation de territoires d’échelles différentes : atlas nationaux, impériaux, universels par exemple.

Au total il s’agit, dans cette seconde journée, d’analyser la fonction et la portée politiques des atlas dans la période moderne et contemporaine, de faire apparaître pour ainsi dire leur efficience politique.

Jean-Marc Besse

Programme

Première journée : Les atlas historiques

 9h-9h30 : François Dumasy (EFR) et Jean-Marc Besse (UMR Géographie-cités, CNRS) : Introduction aux Journées d’étude

1 – La formation des modèles

9h30-10h :

Georges Tolias (FNRS, Athènes) : « Philippe Briet (1601-1688) et la tradition des parallèles de géographie ancienne et moderne ».

Discussion

10h15-10h45 :

Catherine Hofmann (BNF, Paris) : « Incidences des processus éditoriaux sur la forme et le contenu des atlas. Le cas des atlas historiques (XVIIe-XVIIIe s.) »

Discussion

Pause café

11h30-12h :

Susanne Rau (Université d’Erfurt) : « Raconter et organiser l’espace et le temps: l’atlas historico-géographique de Karl von Spruner (Gotha, XIXe siècle) »

« Raconter et organiser l’espace et le temps : l’atlas historico-géographique de Karl von Spruner (Gotha, XIXe siècle) » (Susanne Rau)

Discussion

2 – L’histoire des villes dans les atlas

12h15-12h45 :

Paolo Militello (Université de Catane) : « Les ‘Piante delle Antiche Siracuse’ de Vincenzo Mirabella (1612-1613) : construction, découpage et assemblage de l’histoire d’une ville ».

Discussion

Déjeuner

14h30-15h :

Stéphane Van Damme (Institut d’Études Politiques, Paris) : « Les atlas historiques de capitales, XVIIIe-XXe siècle : une science municipale ? »

Discussion

3 – Questions contemporaines

15h15-15h45 :

Jean Boutier (EHESS, Centre Norbert Elias, Marseille) : « Le Grand Atlas de l’Histoire de France (2011): quelques réflexions sur les transformations récentes  d’un ‘vieux’ régime d’objectivité ».

Discussion

16h-16h30 :

Maria Pia Donato (Université de Cagliari) : « Le chantier franco-italien de l’Atlante storico dell’Italia rivoluzionaria e napoleonica (2008-2013) »

16h30-17h15 : Discussion générale animée par Claudio Ceretti (Université Roma Tre) et Marie-Noëlle Bourguet (Université Paris-Diderot)

Pause café

17h30-19h :

Présentation de l’Atlante storico dell’Italia rivoluzionaria e napoleonica (EFR)

Deuxième journée : Enjeux politiques des atlas

 1 – Atlas et fabrication des territoires

9h30-10h :

Emilie d’Orgeix (Université Michel de Montaigne – Bordeaux III) et J.-Y. Sarazin (BNF, Paris) : « Les atlas de Gaston d’Orléans (1606-1660) : structuration et construction territoriale ».

Discussion

10h15-10h45 :

Nicolas Verdier (UMR Géographie-cités, CNRS) : « Produire l’indivisible en France au XVIIIe siècle : les atlas administratifs comme lieu de construction de l’État ».

Discussion

Pause café

2 – Les atlas et la création des identités nationales

11h30-12h :

Gilles Palsky (Université Paris 1) : « L’Atlas de Finlande (1899), les contours d’un nouveau modèle d’atlas national »

Discussion

12h15-12h45 :

Jordana Dym (Skidmore College, Saratoga Springs) : « Atlas et décolonisation : de l’Atlas de Guatemala en Ocho Cartas (1832) à l’Atlas Preliminar de Guatemala (1964) »

Déjeuner

3 – Les atlas et la question de l’Empire

14h30-15h :

Iris Kantor (Université de Sao Paulo) : « Portable Empire: a counter-revolutionary portuguese atlas during the Napoleonic Wars.  (1776-1815) »

Discussion

15h15-15h45 :

Emanuela Casti (Université de Bergame) : « L’Atlas de Arcangelo Ghisleri et la construction de l’identité africaine ».

Discussion

16h-16h30 :

Hélène Blais (Université de Paris Ouest Nanterre, IDHE) : « Les atlas coloniaux et la construction des identités impériales européennes (XIXe-XXe)

Discussion

Pause café

17h-17h45 :

Angelo Cattaneo (CHAM, Lisbonne) : « L’Atlas di Santarém (1842-) e i Portugaliae Monumenta Cartographica (1960). Nascita di una disciplina, discorsi e politiche coloniali ».

Discussion

18h-18h30 :

Discussion générale animée par Marie-Claire Robic (UMR Géographie-cités, CNRS) et conclusions des Journées d’étude.


Jean-Marc Besse

Directeur de recherche au CNRS UMR Géographie-cités, Paris

More Posts

Jean-Marc Besse

Directeur de recherche au CNRS UMR Géographie-cités, Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *