« Cartography between Europe and the Islamic World ». Compte rendu de la conférence.

Compte rendu de la conférence internationale : Cartography between Europe and the Islamic World, 1100-1600, coordonnée par Alfred Hiatt, Yossef Rapoport et Jerry Brotton. Université Queen Mary de Londres, campus de Mile End.

Détails du programme et contacts ici

Book of Curiosities (MS Arab. c. 90). Copyright Bodleian Library.

Ce colloque de grande qualité réunissait des chercheurs reconnus, dans le domaine de la cartographie du Moyen Age et du début de la Renaissance. Comme l’annonçait le programme, les orateurs étaient invités à franchir les frontières académiques et celles des strictes compétences philologiques et linguistiques de leur domaine, pour envisager une véritable histoire comparée des formes et des concepts cartographiques, dans des langues variées : grec, latin, langues romanes, arabe, persan ou hébreu.  Il s’agissait également de s’émanciper de la question des « influences », c’est-à-dire d’un rapport de force, de concurrence et de succession entre les traditions cartographiques islamiques et occidentales. En effet, on considère trop souvent que, s’il y a eu transmission de connaissance, cela s’est fait dans un ordre chronologique tendant vers un « progrès » scientifique, souvent en faveur de l’Occident. Ainsi, les uns se valorisent d’être les pionniers, les découvreurs, les inventeurs, qui ont fécondé les autres peuples grâce à leur savoir, tandis que les autres revendiquent une supériorité historique pour avoir fait progresser le savoir géographique par rapport à cet héritage. Pourtant, l’histoire de la transmission de la connaissance n’est pas l’histoire d’une compétition, et les œuvres cartographiques ont cela de spécifique qu’il n’y a pas une seule forme de carte, perfectionnée peu à peu pour s’approcher au fil des siècles de la « vérité », mais une infinité de représentations possibles, en fonction de contextes et d’usages propres à chaque culture, chaque époque, chaque milieu.

Les termes employés ont été variés pour éviter cet écueil ; les chercheurs ont privilégié les mots de « rencontre », coïncidence », « échange », « confluence », « convergence », « savoir partagé », « parallèles », « regards croisés », sans jugement de valeur anachronique. L’introduction d’Emily Savage-Smith a par exemple souligné combien les différences entre les traditions cartographiques islamiques et occidentales étaient bien mieux connues que les ressemblances, et combien ces ressemblances étaient difficiles à expliquer. Les deux journées de conférences ont permis de s’interroger justement sur ce que signifiaient ces ressemblances, et quelle méthode l’on pouvait employer pour écrire l’histoire de ces transmissions, de ces rencontres culturelles, sans les déformer ni les trahir. On a pu ainsi dire que les emprunts d’informations géographiques ont été nombreux de part et d’autre de la Méditerranée, particulièrement à partir du XIVe siècle, où ils sont nettement documentés, mais cela n’a pas remis en cause fondamentalement les formes culturellement déterminées de cartographie. Ces éléments d’information ont été intégrés à des habitudes de représentation qui préexistaient dans chaque culture, sans forcément les bouleverser ou les condamner à l’oubli. Des choix ont été faits surtout en fonction du contexte d’utilisation.

Plusieurs chercheurs ont rappelé l’importance de la datation des cartes et d’une étude détaillée de l’histoire du manuscrit, en particulier pour les manuscrits arabes, et les fameuses mappemondes attribuées à Pietro Vesconte ou à al-Idrisi (pas moins de trois interventions sur ce sujet : Ramon Pujades i Bataller, Stefan Schröder, Robin Seignobos). Ces mappemondes fameuses, qui apparaissent comme le tournant majeur de ces relations entre les cartographies d’Orient et d’Occident, ont été abondamment commentées (notamment pour prouver leurs convergences jusqu’au niveau de certains détails toponymiques) mais sans que le mystère de la transmission puisse être levé. Dans le même temps, il a été remarqué qu’une étude philologique trop minutieuse perdait de vue le caractère utilitaire des cartes et de copies (par des marchands par exemple) qui n’obligeait pas à une grande exactitude des traits et des toponymes. Enfin, il faut tenir compte du fait que les copistes ne comprenaient pas forcément le sens de la carte qu’ils copiaient, n’utilisaient pas toutes ses parties, et faisaient plus ou moins attention à certains détails.

Le colloque a laissé une place importante aux intermédiaires de ces transmissions culturelles : voyageurs, marchands, communautés juives, pèlerins (Piero Falchetta, Pnina Arad), tout en soulignant qu’ils n’ont pas été de simples messagers, mais des utilisateurs de ces cartes et de ce savoir géographique, et que dans chaque étape et chaque contexte, ce savoir a pu changer de fonction, et donc de nature, selon un processus de « refunctionalized knowledge ».

Au terme de ces deux journées de colloque, la bipolarité annoncée par le titre de la conférence avait perdu de sa force. Plusieurs communications tendaient à montrer qu’il n’y a pas seulement deux grandes cultures qui s’opposent et des « intermédiaires » qui circulent entre les deux, mais une multitude d’acteurs, pratiquant différentes langues et s’intéressant à la géographie et aux cartes pour des motifs également très divers. La généalogie des cartes et des savoirs ne se limite pas à observer les passages d’une langue à l’autre, mais les filiations intellectuelles permettant de rapprocher des types de cartes et de textes : mappemondes et schémas climatiques en grec, arabe, syriaque, latin, hébreu (Jean-Charles Ducène, Ilana Wartenberg) ; listes de noms de la Terre sainte en grec et latin, vérifiées à partir de  sources en hébreu et en arabe, puis de nouveau traduites en latin (les Cippi Hebraici du XVIIe s., selon Zur Shalev) ; récits de voyages et anecdotes fabuleuses circulant de cartes en textes dans toutes les cultures (exemple de l’atlas Catalan) ; cartes et textes à usages nautiques, utilisés et réadaptés entre la Méditerranée chrétienne, le Maghreb, l’Egypte, le monde ottoman (Jeremy Ledger, Dimitris Loupis).

Je retiendrai enfin de la conclusion de Hilde de Weerdt, qui a offert une ouverture finale bienvenue vers la Chine, que le voyage des cartes et des savoirs géographiques est bien différent de l’histoire des techniques, telles que l’encre, le papier ou la poudre à canon. La carte n’est pas une technique mais une « expérience culturelle », qui ne se transmet pas par des voies simples et univoques, mais contient une indéniable dimension anthropologique.

 

 

 

 

 


emmanuelle vagnon

Chercheur au CNRS et chercheur associé au Département des Cartes et Plans de la Bibliothèque nationale de france. membre de la Commission Histoire du CFC.

More Posts

emmanuelle vagnon

Chercheur au CNRS et chercheur associé au Département des Cartes et Plans de la Bibliothèque nationale de france. membre de la Commission Histoire du CFC.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *