Séminaire Made in Algeria février juin 2015

 

3 février 2015 – 18h. : Première séance / Hélène Blais / Mirages de la carte. L’invention de l’Algérie coloniale http://mia.hypotheses.org/43

Un entretien autour de son livre, Mirages de la carte, l’invention de l’Algérie coloniale (éd. Fayard, 2014), animé par Zahia Rahmani et Jean-Yves Sarazin, responsables du projet Made in Algeria, généalogie d’un territoire.

Comment, à partir des pratiques de l’espace, de la connaissance et de la reconnaissance des territoires, une politique coloniale peut-elle se mettre en place ? Dans un contexte de domination et d’appropriation du territoire, une carte et son élaboration ne sont jamais neutres. La carte topographique se présente donc comme un révélateur des logiques spatiales d’un gouvernement colonial. Elle est à la fois le fruit et l’instrument d’une construction territoriale aussi bien réelle que mentale. Elle exprime l’empreinte laissée par la colonisation sur l’espace et les sociétés qui l’habitent en même temps que les façons de les représenter ou de les figurer. Dans l’histoire de l’Algérie colonisée, deux discours s’affrontent : le discours de propagande qui fait de l’Algérie une créature de la France et le discours qui met en avant « l’ancienneté de la nation algérienne, sa cohérence et son unité précoloniale ». En s’appuyant sur l’étude de la carte, Hélène Blais renouvelle les regards portés sur l’Algérie coloniale en favorisant les emboîtements d’échelle et les passages de frontières. Tout l’enjeu de son étude consiste à comprendre dans quelles mesures la politique coloniale s’appuie sur les pratiques et les représentations du territoire, à comprendre les rouages de la construction territoriale dans la mise en place d’un projet politique colonial. Pour cela, l’historienne croise deux chronologies : l’histoire de la colonisation et l’histoire des savoirs.

 

Séance suivante

17 février 2015 – 18h. : Sylvie Thénault / Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale. Camps, internements, assignations à résidence.

 

Pour en savoir plus…

En s’appuyant sur le seul commentaire narratif d’œuvres littéraires qui ont un motif ou un sujet « oriental », et en proposant que la littérature du XIXe siècle ait été un procédé fictionnel en charge d’une construction de représentation, Edward Saïd a fondé une nouvelle critique qui a affecté tous les domaines de la création.

C’est ce modèle de contre-champ critique qui sous-tend le séminaire et sa programmation. Soutenu par le croisement de sources visuelles et textuelles, il sera porté par des chercheurs algériens, français et d’autres pays, des cinéastes, des écrivains et des plasticiens.

Notre ambition est de fournir à la communauté scientifique un exemple d’investigation historique d’un territoire, soutenue par le croisement de sources visuelles et textuelles.

Qu’est-ce qu’un territoire ? Qu’est-ce que sa représentation ? Qu’est-ce qui le distingue ? Comment a-t-on construit l’Algérie dans ses frontières de 1962 ? Quelles sont les sources antiques qui participent de la représentation de l’Algérie ? Est-ce que les textes médiévaux africains, arabes et latins constituent des narrations historiques distinctes ? Qu’est-ce que l’archive ottomane de l’Algérie ? La conquête et les guerres françaises du XIXe siècle ont-elles forgées une vision ou plusieurs visions du territoire algérien ? Quels sont les acteurs de la représentation d’un territoire ? Qu’est devenue l’Algérie du XIXe siècle ? Qu’est-ce qu’une représentation française de l’Algérie ? Qu’est-ce qu’une représentation algérienne de l’Algérie ?

Les séances du séminaire permettront l’examen des sources qui participent de la connaissance du territoire de l’Algérie. La réception de ces sources, leurs origines et leurs raisons seront discutées. La notion de « construction de représentation » sera déconstruite et étendue à de nombreux champs du savoir liée à l’histoire. En partenariat avec des collègues chercheurs algériens, français et étrangers, seront aussi discutés les limites des savoirs partagés et le devenir des sources et des fonds d’archives pour la recherche. Des jeunes chercheurs en histoire de l’art seront mis à l’honneur pour la qualité de leurs recherches. Des artistes travaillant sur le territoire algérien seront eux aussi invités à participer à ce colloque.

 

équipe du programme

Zahia Rahmani et Jean-Yves Sarazin, responsables du programme Made in Algeria – Généalogie d’un territoire

Marie Civil, Chargée d’études et de recherche à l’INH, Chargée de la coordination du programme

Marie-Hortense de Richoufftz, Monitrice-étudiante à l’INHA Chargée des corpus textuels

Aline Pighin, Chargée d’études et de recherche à l’INHA Chargée du corpus des œuvres


Jean-Yves Sarazin

Directeur du département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Jean-Yves Sarazin

Directeur du département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *