Séminaire : « Îles, livres d’îles, voyages à travers les îles » (2014-2015)

Frank LESTRINGANT, en association avec Georges TOLIAS :  » ÎLES, LIVRES d’ÎLES, VOYAGES à travers les  ÎLES ». Séminaire de Master 1 et 2 (2014-2015). Chaque mercredi, de 16 h à 18 h, en Sorbonne (Salle Pardailhe Galabrun-G 647). Ci-joint le programme pour l’année 2014-2015 : _Sémin Lestri 2014-2015 programme

Leur différence de situation, de dessin et de nature (constituées de terre, elles se définissent par l’eau qui les entoure) explique que les îles doivent être traitées à part des continents. De plus, les îles entraînent une disposition particulière de l’exposé. Décrire les îles du monde, ou, mieux, décrire le monde par îles implique un émiettement de la matière géographique et aussi une plus grande liberté dans sa mise en ordre. L’archipel peut être pris à partir de n’importe quel bout et dévidé à volonté, selon les parcours les plus variés.

Il est impossible de dénombrer les îles. L’inachèvement de l’archipel constitue en vérité une formidable richesse. C’est par les îles, élément mouvant et malléable, que le monde clos du Moyen Age s’est ouvert et renouvelé. Dans une imago mundi figée et fixée depuis des siècles, les îles du pourtour océanique contenaient la possibilité d’une expansion ; elles recelaient un dynamisme latent. Si le monde de la Renaissance a pu faire craquer ses coutures, c’est parce qu’à la périphérie des trois continents connus il tendait déjà à s’émietter. L’archipel circulaire aménageait aux limites de l’oekoumène un espace incertain et mouvant où le rêve était tout près de se concrétiser.

Le dynamisme des îles est inhérent à leur instabilité et à leur impossible dénombrement. L’île est mobile comme le navire ou la bouée dérivante, comme l’esturgeon ou le poisson Jasconius, sur le dos duquel chaque dimanche de Pâques pendant sept ans le bon abbé saint Brandan célèbre la messe. Amas d’îles au pourtour de la mappemonde, l’archipel océanique est aussi meuble que le sable du littoral ou la poussière d’étoiles du firmament. Disséminées, éparpillées, ces réserves d’imaginaire échappent à la prise, fuient entre les doigts. Pourtant leur capture et leur réunion en un agglomérat solide ne sont qu’une affaire de temps.

Le déroulement du séminaire ne sera pas strictement chronologique. Il ne s’interdira ni les chemins de traverse ni les perspectives cavalières, de manière à susciter des rapprochements dans l’espace et le temps pointant jusqu’à notre modernité.


emmanuelle vagnon

Chercheur au CNRS et chercheur associé au Département des Cartes et Plans de la Bibliothèque nationale de france. membre de la Commission Histoire du CFC.

More Posts

emmanuelle vagnon

Chercheur au CNRS et chercheur associé au Département des Cartes et Plans de la Bibliothèque nationale de france. membre de la Commission Histoire du CFC.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *