Angers, exposition Curiosité(s) : cartes et voyages

Du 14 mars au 19 juillet 2015, le musée des Beaux-Arts d’Angers présente une exposition intitulée Curiosité(s) : un certain goût pour l’Ailleurs. Collectionneurs angevins du XIXe siècle : http://musees.angers.fr/expositions/expositions-en-cours/curiosites-un-certain-gout-pour-l-ailleurs/l-exposition/index.html

Il s’agit de mettre en valeur des collectionneurs, artistes, antiquaires, érudits, archéologues, tous angevins de naissance ou d’adoption, qui ont parcouru au XIXe siècle des territoires encore méconnus des Français et en ont rapporté des objets antiques issus de fouilles archéologiques ou culturels acquis au contact des populations locales. Le parcours constitue pour le visiteur une véritable invitation au voyage, à travers l’exploration de terres de plus en plus lointaines, d’abord l’Italie, la Grèce et l’Egypte, puis l’Inde, le Mexique et le Japon, tandis qu’une dernière section est consacrée à l’Anjou et au nouveau regard porté sur le patrimoine régional au XIXe siècle.

Chaque partie est introduite par une carte géographique que le voyageur a pu ou aurait pu avoir sur lui lors de ses déplacements. S’il n’est pas rare qu’un commissariat d’exposition de type Beaux-Arts sélectionne une ou plusieurs cartes anciennes, afin de fixer une fois pour toute les limites géographiques du thème de l’exposition, ce principe a toutefois pris une acuité notable ces dernières années. Le département des Cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France qui possède l’une des premières collections au monde a vu le nombre des emprunts de pièces pour exposition augmenter de manière significative. Dans le cas de Curiosité(s) : un certain goût pour l’Ailleurs, l’intention participe davantage encore de la connaissance des conditions matérielles des voyages d’exploration entrepris par les futurs collectionneurs. Quelle représentation du territoire parcouru se faisaient-ils avant leur départ ? De quelles cartes géographiques étaient-ils munis lors de leur cheminement ? Sur terre comme sur mer, l’homme moderne ne prépare pas ses déplacements et ne voyage pas sans cartes géographiques. En manipulant des cartes sur papier, en lisant des images numériques sur les « appli » maps de nos iphones, en nous informant grâce au Géoportail de l’IGN ou grâce au service Via Michelin sous la bienveillance de Bibendum, nous sommes devenus de grands consommateurs de cartes et de plans. Notre environnement est d’ailleurs saturé d’informations géographiques. Ce progrès dont nous bénéficions est très récent : l’on s’étonne souvent qu’il n’en ait pas toujours été ainsi. Imaginer que dans les périodes anciennes les déplacements étaient entrepris sans recours à la projection des territoires parcourus nous dépasse.

A la fin du Moyen Age et jusqu’au milieu du XVIe siècle, les voyageurs lettrés avaient pris pour habitude de concevoir la documentation textuelle relative à leur itinéraire ; le récit manuscrit qu’il faisait au fur et à mesure ou après coup de leur parcours prenait souvent la forme d’un guide racontant les faits vécus, les paysages traversés, illustrés de croquis. La pratique valait autant pour les itinéraires marins en Méditerranée avec description des îles accostées, que pour les cheminements terrestres, également décrits et dont le texte était enrichi de petites vignettes. C’est le cas de ce moine bénédictin de l’abbaye de Saint-Mihiel (Meuse), Dom Loupvent (1490-1550), effectuant son pèlerinage en Terre Sainte depuis la Lorraine en passant par les cols alpins, Venise, puis naviguant à bord d’une nef sur les mers Adriatique, Ionienne et Egéenne pour enfin toucher terre au Moyen Orient. Pour atteindre Venise depuis Saint-Mihiel, il fallait parcourir huit cents kilomètres, avec une moyenne de 40 kms par jour, soit une durée de 20 jours de voyage, y compris le dimanche. Selon le témoignage de Dom Loupvent, le déplacement s’effectuait ordinairement au printemps, en pleine journée et il fallait impérativement gagner un gîte pour la nuit. Le voyageur suivait les indications d’un habitant ayant la connaissance du territoire ; au besoin, il demandait son chemin à ceux venant en sens contraire, car ce monde ancien est avant tout un monde rural (80% de la population européenne vit à la campagne), qui maîtrise la vitesse du mouvement à pied ou à dos de cheval au pas : il est donc facile dans ces conditions de se faire confirmer son chemin… Le guide pouvait venir en appui d’un réflexe de bon sens lorsque l’on voyage : avoir recours à ceux qui connaissent les lieux et les itinéraires, d’où l’importance de l’oralité et de l’expérience transmise. Cette pratique du récit de voyage enrichi de détails durant le trajet n’a pas disparu pas avec l’apparition des premiers guides conçus par des éditeurs en forme d’itinéraire. Au contraire, elle s’en est nourrie. Montaigne (1533-1592) a même suggéré de miniaturiser les grandes chroniques géographiques afin de les tenir en main, juché sur le dos de son cheval et d’apprécier les paysages parcourus tout en s’instruisant d’anecdotes mythiques ou historiques.

C’est ainsi que parut en France et en Italie, au cours du XVIe siècle, une nouvelle sorte de livres imprimés assimilables à nos guides de voyages. La Guide des chemins de Robert Estienne (1503-1559) paraît une première fois en 1552. Ces guides indiquaient les étapes et les gîtes. Les cartes générales à une nation ou celles particulières à une province ne contenaient pas les données nécessaires (routes et lieux d’étapes). Le plan ou la carte ne sont donc pas des outils de préparations au voyage, ils ne servent pas « avant-voyage ». A minima, ils sont des substituts du voyage pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer et pour ceux qui veulent se remémorer un voyage accompli. Pour autant, le plan ou la carte ne sont pas absents des voyages. Le plan s’insère dans un compte rendu de voyage, lorsque le voyageur fixe ce qu’il veut transmettre en rédigeant son récit. Il se fait alors le support d’une remémoration topographique. Le journal de voyage de Thomas Platter (1595-1599) est scandé par des cartes des régions qu’il traverse, cartes originales comme celle de la Provence de Jean Pierre Bompar (actif au XVIIe siècle) ou bien recopiées à la main comme celle du Comtat Venaissin tirée de l’Atlas d’Abraham Ortelius (1527-1598), sur lesquelles il reporte l’itinéraire qu’il a suivi. A chaque étape importante, Platter insère un plan ou une vue de ville.

Au premier temps de l’ère de l’imprimé, la carte n’est pas le moyen d’information privilégié : elle a été précédée par les textes descriptifs et par la transmission orale. Même au XVIIIe siècle, la fameuse carte de Cassini (1714-1784) demeure encore imprécise pour élaborer un itinéraire, et la carte d’itinéraire à grande échelle donnant des indications sommaires ne se généralise qu’au XIXe siècle. Cependant, il exista une autre catégorie de document géographique liée aux déplacements. Les cartes de postes aux chevaux construisent un réseau de circulations carrossables aux voitures en joignant par des lignes droites bourgs, cités, capitales régionales. Nées dans le premier tiers du XVIIe siècle, elles sont les plus anciennes cartes thématiques – donc utilitaires – de l’Europe moderne. Un voyageur embarqué dans une malle poste pouvait à l’aide de tels documents prévoir la succession des étapes le menant à destination. L’une d’elle, la carte d’Italie de 1788 présentée dans l’exposition du musée des Beaux-Arts d’Angers en tête de la section Italie, dessine les contours de la péninsule et des îles de Corse, de Sardaigne et de Sicile avec beaucoup d’inexactitude. Cette carte aux contours maladroits et fautifs ne doit pas non plus être prise pour une carte d’itinéraires. Sa lecture avant ou durant le voyage n’apportait guère qu’une idée imprécise des territoires parcourus sous la conduite du cocher-guide qui, lui, connaissait de mémoire le parcours. Ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle que de telles cartes permettront aux solitaires de la route de trouver leur chemin en toute indépendance.

Une deuxième carte placée en début de la section Egypte permet de discuter de son utilité en voyage. Il s’agit de la Carte physique et politique de l’Egypte au 1/2 000 000 par Edme Mentelle (1730-1815) et Pierre Gilles Chanlaire (1758-1817) parue à Paris l’année même de l’expédition d’Egypte de Napoléon Bonaparte en 1798. Elle s’inspire fortement des travaux cartographiques sur l’Egypte ancienne et moderne du célèbre géographe Jean-Baptiste Bourguignon d’Anville qui avait lui-même rassemblé une documentation considérable depuis les auteurs de l’Antiquité gréco-romaine jusqu’aux géographes arabes, sans négliger les informations directes et contemporaines qui lui avaient permis de rectifier le cour supérieur du Nil. Cette carte générale que possédait autant les officiers de l’Armée d’Orient dirigée par Bonaparte que les marchands et explorateurs français ou étrangers, permettait au mieux de se représenter l’immensité des territoires de l’Egypte ou encore de fixer l’histoire fabuleuse des pharaons. Elle n’était d’aucune utilité lors des excursions qui se faisaient principalement par l’intermédiaire et sous la conduite des Ottomans, maîtres du pays.


Jean-Yves Sarazin

Directeur du département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Jean-Yves Sarazin

Directeur du département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *