Cartes / globes / photographies : Journée portes ouvertes les 19 et 20 / 09 / 2015

La nouvelle édition des Journées européennes du Patrimoine sera l’occasion de faire connaître le département des Cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France au plus grand nombre de visiteurs.

Deux événements en un weekend sur deux lieux différents dans Paris.

* A la Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, entrée au 5 rue Vivienne, située entre le jardin du Palais-Royal, les galeries Vivienne et Colbert et la place de la Bourse

Dimanche 20 septembre 2015, de 10h à 19h sans interruption, vous serez accueillis par le personnel scientifique afin de découvrir le département des Cartes et plans, l’excellence de ses collections prestigieuses et une sélection exceptionnelle d’œuvres cartographiques sur les territoires du Vietnam, durant la période coloniale, région du Tonkin :

 

  • Carte de la province de Thái nguyên, vers 1885 acquise récemment (http://216.117.166.233/map_zoomFR.htm?zoomifyImagePath=http://216.117.166.233/os/zoom2/64578/)
  • Découvertes sur écran des Visions de Hanoi (http://expositions.bnf.fr/socgeo/vietnam/01.htm)
  • Carte du plan de l’île de Con Son dans l’archipel de Côn Dao (autrefois Poulo Condor, célèbre pour son bagne)
  • Carte des communications du Tonkin, 1911
  • Une carte des rizières du milieu du XXe siècle
  • Le rapport de la fondation Zellidja d’Emeline Belliot (2004) Vietnam : sur les traces de Marguerite Duras en ancienne Indochine http://vietnamsong.blogspot.fr/
  • Le Tonkin / photographie de Charles Edouard Hocquard, Paris : H. Cremnitz, 1886
  • Les Photographies de l’ethnologue Georges Condominas concernant la province de Sar Luk (peuple des Mnong Gar) au centre du Viet Nam (1948-1958), voir aussi http://static.franceculture.fr/sites/default/files/imagecache/image_fleuve/2011/10/17/4329471/Condominas.jpg.
  • Découvertes de l’interface cartographique intitulé CartoMundi toujours sur le thème du Vietnam

 

* Au ministère des Affaires étrangères, quai d’Orsay, premier étage

Samedi 19 et dimanche 20 septembre 2015, de 10h à 18h sans interruption

  • Globes céleste et terrestre acquis par Napoléon 1er lors de son exil à Longwood. Les globes sont gravés, colorés et dotés d’une boussole placée entre les pieds tripodes en bois laqué noir, Londres, 1801, diamètre 40 cm.
    • (présentation par Jean-Yves Sarazin, directeur du département des Cartes et plans de la BnF le samedi après-midi et par Alain Roger, chef des travaux d’art à la BnF, le dimanche)

D’une famille anglaise importante dans ce secteur d’activité, John et William Cary se firent connaître à titre de fabricants de globes à la fin du XVIIIe siècle et ils comptèrent parmi les plus remarquables et prolifiques de leur génération jusqu’au milieu du siècle suivant. Leur catalogue de globes, d’un large éventail de taille, énuméraient des formats de poche autant que des grands globes de parquet. La paire de globes possédée à Longwood par Napoléon 1er à partir de 1817, date de leur achat par l’empereur sous la surveillance du fameux Hudson Lowe, y est demeurée après sa mort où elle est décrite dans son inventaire après décès. Les sphères construites à Londres en 1801 se présentent sur des supports en bois laqué noir dotés d’une boussole placée entre les pieds tripodes que les Cary décrivaient sur leurs cartes commerciales comme très élégants.

Dès la décennie 1750-1760, les grands voyages maritimes qualifiés de « scientifiques » permirent de compléter la carte du monde par des données géographiques inconnues. L’Angleterre triomphait sur mer grâce aux trois voyages au long cours de James Cook, qui précisèrent les configurations de l’Australie et de plusieurs îles de l’océan Pacifique. Sur le globe céleste, en pendant classique du globe terrestre, la cartographie du ciel est conforme aux représentations des constellations du XVIIIe siècle.

Malgré une évolution significative de l’emploi des matériaux, la méthode de fabrication est restée sensiblement la même au cours des siècles. Les sphères se composent de deux hémisphères en carton reliés d’un pôle à l’autre par un axe en bois appelé « os de mort ». Cette coque recouverte de plâtre permet, après plusieurs heures de lissage, de recevoir les fuseaux imprimés puis aquarellés – comme dans le cas de Longwood – ou non, collés en plein sur la sphère à l’aide d’une colle animale, puis vernis sur toute la surface. Chez les fabricants anglo-saxons, le vernis à base de résine dammar particulièrement épais créait un effet miroir très recherché par les amateurs.

Installées près d’une cheminée et donc exposées à des variations thermiques néfastes à la bonne conservation des éléments en papier et en bois, les sphères devaient être prises en main par les restaurateurs du département des Cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France, spécialisés depuis quatre décennies dans ce type d’intervention. En effet, l’huile contenue dans le vernis augmente son volume lors d’une élévation de la température ambiante. Ce processus chimique bien connu modifie la surface par la production de cloques. Les pieds tripodes, en très mauvais état, avaient été rompus à plusieurs endroits. La gravure de la boussole était effacée et avait perdu son aiguille et son verre de protection. Les tables d’horizon présentaient de nombreuses boursouflures calcinées. Les fuseaux en papier gravé et verni avait connu l’accumulation de la poussière. Le vernis s’était polymérisé et avait fini par rendre illisible la cartographie au point de dissimuler les coloris subtiles de la cartographie

Les piètements ont été confiés à l’atelier Macassar et les deux sphères ont été nettoyées par ultrasons. Ce procédé innovant est basé sur l’effet photomécanique de l’onde de choc. Cette technique consiste à fragmenter en fines particules la couche de vernis sans aucune altération de la surface du papier gravée. Et les couleurs apparaissent dans tous leurs éclats. Les fuseaux gravés du pôle nord du globe céleste ont été déposés pour permettre la restauration de la structure en plâtre, puis reposés. Les deux dessins des fonds de boussoles en papier ont été restitués à l’aide d’une réimpression à partir d’un document identique en forme de fac-similé ; ce qui permet de restaurer une esthétique harmonieuse à l’ensemble des objets.

 

Les occasions sont trop rares pour ne pas être au rendez-vous, à la Bibliothèque nationale de France, le 20 septembre 2015, comme au Quai d’Orsay, les 19 et 20 septembre 2015.

 


Jean-Yves Sarazin

Directeur du département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Jean-Yves Sarazin

Directeur du département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *