Qu’est-ce que l’exposition Made in Algeria généalogie d’un territoire Mucem ?

Mucem, Marseille

Du 19 janvier au 9 mai 2016

 

Le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCem) inauguré à Marseille en mai 2013 présente une exposition intitulée Made in Algeria, généalogie d’un territoire. Elle est la première manifestation d’envergure dédiée au territoire algérien depuis le début des années 30 où l’on célébrait le centenaire de l’Algérie française en 1930 et l’épopée coloniale lors de l’Exposition coloniale en 1931. A travers des cartes géographiques, des peintures, des photographies, des archives historiques qui ont dorénavant une valeur patrimoniale et des œuvres d’artistes contemporains qui ont arpenté les lieux durant les trois dernières décennies, les commissaires analysent ce qu’a été le territoire de l’Algérie de l’époque des Turcs, puis de celle des Français, et les conséquences de cette domination étrangère sur son espace actuel.

En ce début de XXIe siècle, l’Algérie exclusivement continentale, équivalent à quatre fois celui de la France, oppose un long littoral méditerranéen peu construit et peu habité à l’exception des rivages des environs d’Alger, à un sud désertique, profond et très étendu ; entre les deux, se développe une double région de plateaux avec les Atlas tellien et saharien. Ce pays, guère touché par le tourisme moderne qu’il soit de masse ou individuel, guère arpenté par des Algériens davantage sédentaires que par le passé, est pourtant celui qui a permis d’inventer et de construire au XIXe siècle, la cartographie moderne et son langage dont le sens est devenu depuis d’un usage universel. En partant de ces paradoxes, les commissaires proposent au fil des représentations de ses territoires une lecture de l’Algérie pluriséculaire.

L’exposition est novatrice en son genre à cause de la temporalité qu’elle propose – soit de la Renaissance à nos jours –, à cause aussi de la variété des œuvres, des objets et bien sûr, de la réflexion sur les usages de l’espace. Elle se tient à Marseille, ville qui non seulement fait face à Alger, mais surtout qui affirma son développement moderne, en partie, grâce aux échanges économiques avec la ville africaine. Le bastion de France sur la côte barbaresque était un comptoir prospère tenu dès le XVIe siècle par des marchands marseillais. En 1669, Louis XIV accorde au port phocéen le monopole des échanges commerciaux avec « les échelles du Levant et de Barbarie ». Au XVIIe siècle la chambre de commerce prit en charge le traitement des consuls, entretint une bourse de commerce et une flotte navale pour protéger les navires marchands. Au XVIIIe siècle, la chambre de commerce de Marseille finance des missions maritimes d’explorations en Méditerranée dont certaines couvrent le littoral algérien. Longtemps la vision française de la géographie de l’Afrique du nord se faisait depuis la Provence. Ce même organisme accueillit avec ferveur la reddition d’Alger et la présence du corps expéditionnaire français en Afrique alors qu’il avait observé avant une attitude très attentiste craignant qu’une crise politique ne ruine l’économie de la ville. La ville fut le siège de la première compagnie maritime privée qui assura deux fois par semaine des liaisons en bateau à vapeur. Dès la décennie 1930-1940, elle voit les premières installations d’Algériens musulmans cherchant en métropole un véritable avenir par un meilleur emploi. De nos jours, la composition de la société marseillaise reflète cette histoire commune et sa population concentre : des Français ou Européens rapatriés en 1962 (450 000 sur 700 000 passèrent par Marseille) ; des Harkis implantés également à partir de 1962 et qui ont d’abord perdu la nationalité française par les accords d’Evian avant de la recouvrer bien après leur installation (entre 1962 et 1969, 42 500 Algériens et leur famille transitèrent par Marseille et environ 2 000 personnes y restèrent) ; des Algériens, immigrés pour des raisons économiques, dont la mairie actuelle estime leur importance à 250 000, soit 23% de la population totale (2 000 à la fin du XIXe siècle, 9 500 en 1936). Marseille est devenu le laboratoire moderne de la cohabitation entre Français d’origine et Africains réfugiés. Tandis que les Français, colons ou métropolitains, ont considéré Alger sous l’occupation française comme la seconde capitale de la France – le Musée de l’histoire de l’immigration renferme une belle fresque de 1931 représentant la Méditerranée avec de part et d’autre une vue perspective de Paris et une vue d’Alger –, l’on peut affirmer qu’une partie importante de la ville de Marseille est algérienne.

A l’origine du projet Made in Algeria imaginé en 2011 et mûri en 2014, il y avait une interrogation quant à la relation des Occidentaux aux Africains du nord à travers les âges. Tandis que les grands découvreurs européens – naturalistes, géographes, botanistes –, avaient tenu des récits de voyages et de vastes compilations des connaissances accumulées durant leur pérégrination, étonnamment en leur temps, comme aujourd’hui, de l’Algérie, ils ne savaient rien à deux ou trois exceptions. Le XVIIIe siècle européen, celui qui s’emparait des terres du monde et qui en recensait la faune, la flore et les hommes, ne parvenait pas à saisir les pays de l’autre rive de la Méditerranée, comme il le faisait en Amérique, en Asie et en Océanie. En raison même de l’hostilité qui a longtemps régné dans cette région du monde entre les « puissances chrétiennes et musulmanes », une ligne de front s’est constituée non pas seulement sur terre et sur mer, mais surtout dans le regard sur le présumé adversaire. La situation semble d’autant plus incongrue que chaque jour des navires de marchands faisaient escale dans tous les ports d’Afrique du nord et participaient aux échanges économiques d’un bout à l’autre de la Méditerranée. Il est cependant vrai que les savants européens débarqués à Alger n’étaient pas autorisés à franchir les remparts de la ville. A chaque siècle, on relève des exceptions, comme Thomas Shaw, prêtre anglais d’Oxford qui de 1720 à 1732 traversa la Régence d’Alger de part en part pour finir son périple au Levant. Il en releva des données géographiques et cartographiques, un catalogue des espèces animales et florales du Maghreb, des renseignements géologiques et archéologiques organisés en rubriques, la localisation des sites romains et byzantins et donc chrétiens à toutes fins de déterminer la légitimité de la Chrétienté sur le monde ottoman.

L’une des tâches des commissaires a été de revenir sur certains stéréotypes que l’on attribue de décennie en décennie au territoire algérien et notamment ceux nés d’analyses sommaires portées par de grands intellectuels dont on sait qu’ils influencèrent durablement. Paul Vidal de la Blache (1845-1918), historien devenu le géographe influent de sa science à la fin du XIXe siècle comme promoteur de la nouvelle géographie, a pu écrire en 1894 dans son Atlas général que « l’histoire de l’Algérie commence avec l’expédition de 1830 qui détruit le gouvernement du dey d’Alger ». Ce schéma simpliste qu’il n’était pas le seul à formuler figure encore dans son édition de 1952 et a imprégné les esprits de toute une jeunesse française scolarisée. Pourtant ce brillant savant présent en Egypte lors de l’ouverture du canal de Suez ne pouvait ignorer l’existence des Régences ottomanes d’Afrique du nord, ni même les trois royaumes mérinide, zayyanide et hafside qui ont dominé les territoires des trois Etats actuels du Maroc, de l’Algérie et de la Tunisie. Mais proclamer de la sorte aux yeux du monde que l’Algérie est née avec l’arrivée des Français modernes, civilisés, propagateurs d’idées nouvelles, c’était bien nier l’originalité des sociétés installées depuis des siècles.

Made in Algeria revient sur une aventure moderne qui a commencé il y a plus de deux siècles et dont les effets se font encore ressentir aujourd’hui même alors que l’on a commémoré en 2012 le cinquantenaire de la décolonisation. Le livre de notre amie Hélène Blais, Mirages de la carte l’invention de l’Algérie coloniale paru chez Fayard en 2012 nous a été très précieux. L’invention cartographique de l’Algérie a accompagné la conquête de l’Algérie et sa description. Elle ne s’est pas faite sans heurts et a été justifiée par la nécessité de soutenir par de nouvelles techniques le recensement, la captation, la valorisation et la surveillance d’un territoire et de ses peuples. En ce sens, l’Algérie a été un haut lieu de la modernité européenne ; un de ses laboratoires majeurs. Celui qui a permis d’expérimenter le rendement d’un territoire par la mise sous surveillance de ses acteurs. A la fin du XIXe siècle, plus aucun mètre de ce territoire n’échappe à la mise sous contrainte grâce à la mise en carte. Partout, et jusqu’à la dernière heure de l’occupation coloniale de l’Algérie, vont se substituer aux noms autochtones des toponymes français pour nommer les centres de colonisation, les lieux dits, les domaines agricoles, les éléments du relief, les villes algériennes débaptisées, visibles sur les cartes et dans les actes administratifs.

Près de 200 pièces issues en grande partie des collections de la BnF sont réunies et associées à des archives manuscrites et audiovisuelles, des toiles et aquarelles provenant des plus grands musées français tels que le musée national des châteaux de Versailles et le musée de l’Armée, et étrangers tel le National maritime muséum de Greenwich. Trois établissements, la BnF, le service historique de la Défense à Vincennes et les Archives nationales d’Outre-Mer ont été mis à contribution tant l’excellence des collections sur l’Algérie est impressionnante. Mais la colossale production ancienne manuscrite, artistique et imprimée appartient aux colonisateurs et néglige le peuple autochtone, ne montrant que trop rarement le face à face européen/africain. Il a paru obligatoire de ponctuer les sections par des créations inédites d’artistes algériens contemporains. Ces derniers à travers leurs arts visuels et plastiques travaillent la question de la représentation moderne des territoires de l’Algérie, entre passé, présent et avenir et souligne les fractures ouvertes nées des incessants déplacements forcés des populations locales entre 1830 et les années 1950-1960.


Jean-Yves Sarazin

Directeur du département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Jean-Yves Sarazin

Directeur du département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *