Edme François Jomard, fondateur et directeur du département des Cartes et plans

Edme François Jomard jouit de nos jours en France et à l’étranger d’une certaine notoriété, non comme fondateur et directeur durant 35 années du département des Cartes et plans de la Bibliothèque royale puis nationale de France, mais pour sa participation à l’expédition d’Egypte de 1799 à 1801 et son rôle « d’éditeur scientifique » de la Description de l’Egypte de 1807 à 1822. N’en demeure pas moins l’importance de son directorat pour la promotion des sciences géographiques comme le texte suivant se plaît à démontrer toutes les facettes de Jomard : l’Egyptien, le savant, l’administrateur et le promoteur de la géographie moderne.

 

Edme François Jomard (1777-1862), né sous l’Ancien Régime a bénéficié d’une création de la République, l’Ecole polytechnique où il y est admis en 1794. Il avait auparavant suivi un cursus classique de sa condition sociale comme élève au collègue Mazarin, puis à l’Ecole royale des Ponts-et-Chaussées. Ce passage par Polytechnique lui permit de figurer dans le groupe des savants de l’expédition d’Egypte en tant qu’ingénieur géographe, constitué en 1798 par son maître Gaspard Monge qui coopta pas moins de onze jeunes X fraîchement diplômés. A vingt-et-un ans, Jomard côtoie les plus brillants ou les plus prometteurs d’entre eux comme Fourier, de Saint-Hilaire, Berthollet, de Rozière, et est investi d’une responsabilité déterminante aux yeux du général Bonaparte : topographier les territoires conquis par le corps d’armée. Dorénavant pour conquérir il fallait cartographier. Au Caire, il est membre de l’Institut d’Egypte, création de Bonaparte sur le modèle de l’ancienne Académie française. Le 18 février 1802, Chaptal, ministre de l’intérieur convoque les savants de retour d’Egypte afin de constituer la Commission en charge de réunir et de publier tout le matériel de l’expédition. Huit membres unissent leur effort, mais c’est Jomard, commissaire du gouvernement et secrétaire pour la publication de la Description de l’Égypte ou Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l’expédition de l’armée française, qui assume le travail éditorial et devient dès 1807, le véritable maître d’œuvre de l’ouvrage – l’éditeur scientifique –, prenant en charge les décisions techniques et artistiques. Il préside la Commission de la Description, ouvrage collectif en dix volumes de texte et treize volumes de planches dont un de cinquante cartes géographiques et topographiques fondées sur des observations astronomiques, qui paraît à l’Imprimerie impériale puis royale.

Il est l’un des premiers à trouver l’origine géodésique des longueurs grecques anciennes et à faire leur conversion dans le nouveau système métrique. En 1830, il est un des premiers a créé un système de classification concernant les objets ethnographiques – classification reconnue en muséologie basée sur l’utilité de chaque objet. Ayant atteint la quarantaine, Jomard jouit d’un solide réseau d’amis, de savants influents, d’hommes politiques en charge de ministère. Ce cercle d’influence informel lui permet d’entrer en 1818 à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, de fonder avec d’autres géographes en 1821, la Société de géographie, de diriger depuis Paris, la première mission égyptienne entre 1826 et 1831, enfin de s’établir en tant que conservateur fonctionnaire en charge de la géographie à la Bibliothèque royale le 30 mars 1828. Il obtient par ordonnance royale du 2 novembre suivant, la création d’un département dévolu à la géographie – 5e département de collections –, qu’il dirigea jusqu’à sa mort.

 

La notoriété actuelle de Jomard vient de ses innombrables travaux et de la direction éditoriale de la Description de l’Egypte, et moins de ce qui fut son plus long métier, directeur du 5e département de collections de la Bibliothèque nationale de France. Pour beaucoup, il est l’Egyptien, terme qui désigne les membres de l’expédition et la biographie qu’Yves Laissus lui consacra en 2004, Jomard, le dernier Égyptien : 1777-1862, paru à Paris chez Fayard en 654 pages, n’a fait que renforcer cette tendance. Pourtant, comme premier responsable du département des Cartes et plans, il mit à profit son long mandat afin de l’établir de façon pérenne jusqu’à nos jours.

 

Les professionnels actuels suivent sa trace par l’accomplissement des activités quotidiennes que sont les acquisitions, les descriptions, les versements au titre du Dépôt légal des cartes, plans, atlas, la conservation, la communication en salle de lecture, les publications, les créations de fac-similé d’œuvres insignes conservés à l’étranger, les études par les scientifiques des documents cartographiques. L’héritage est colossal. Lors de sa création en 1828, Jomard chercha à rassembler les documents de nature géographique (atlas, cartes en feuilles et en série, objets) éparpillés depuis des décennies entre les anciens départements. Dès 1832, il parvient à constituer un premier noyau de quarante mille pièces. A la fin de sa vie, leur nombre avait doublé. Son réseau lui permit de fabuleux dons. En 1832, il obtient le legs Klaproth : 1 613 feuilles et 34 volumes sur l’Asie. En 1834, l’entrée de la collection Paccaroni : 70 cartes manuscrite et 118 cartes vénitiennes du XVIe siècle. Il acquière aussi à bon marché des pièces rarissimes comme la Carte pisane. Il commande des fac-similés comme celui du globe de Martin Behaim (1492/1847) plus authentique que son original malmené ou encore de nombreux fac-similés de cartes portulans (celles de Jorge et Pedro Reinel vers 1517 copiée manuellement vers 1843), dont les originaux ont depuis été détruits. Il publie en 1847 Les Monuments de la géographie, ou Recueil des anciennes cartes européennes ou orientales, pour faciliter l’étude d’une quarantaine d’originaux qui ne pourraient plus être lus à cause des outrages du temps ou encore de leur dispersion en Europe.

 

Savant d’une discipline en pleine expansion, la Géographie, fin connaisseur de l’Egypte, visionnaire en créant l’une des plus grandes cartothèques au monde et en imaginant un musée d’ethnographie ancêtre du musée de l’Homme et de tous les musées ethnographiques, conservateur éclairé à la tête du département des Cartes, Jomard a été l’un des premiers partisans de l’extension de l’enseignement primaire en France.


Jean-Yves Sarazin

Directeur du département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Jean-Yves Sarazin

Directeur du département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *