Costa Rica-Nicaragua : un conflit cartographique ?

Voici une nouvelle preuve, s’il en était encore besoin, du pouvoir géopolitique concret des cartes. A la fin du mois d’octobre dernier, quelques militaires du Nicaragua profitaient d’une erreur de représentation sur Google Maps pour occuper un territoire jusqu’ici attribué au Costa Rica.A ce jour, la Cour internationale de Justice de La Haye est saisie du dossier et devra trouver un arbitrage favorable à un retour au calme rapide dans cette région du monde où, par ailleurs, les narcotrafiquants tissent leurs réseaux de manière toujours plus dense. Ce conflit frontalier n’est pas nouveau : dès le milieu du XIXème siècle, les îles de l’embouchure du fleuve San Juan ont posé problème, et cette approximation du géant américain, bien qu’aussitôt corrigée, a ravivé des tensions séculaires. L’affaire, tout au long de l’automne, a été très largement relayée par les médias du monde entier, qui guettaient les signes d’une escalade du conflit. Si, contrairement à certains raccourcis journalistiques, Google n’a pas déclenché une guerre, cette crise est l’illustration de l’argument d’autorité que représentent les cartes, exactes ou non ; l’exigence d’une topographie rigoureuse et de qualité reste donc plus que jamais d’actualité.

Aujourd’hui, c’est au tour de l’Estonie de voir un différend frontalier relancé par une carte controversée, en l’occurrence la représentation de son territoire sur les nouvelles pièces d’euros. Mais ceci est une autre histoire.

Lire : http://ogleearth.com/2010/11/about-costa-rica-nicaragua-their-border-and-google/


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Pascal dit :

    Rectification: Ce conflit a été déclenché par l’invasion des Forces armées du Nicaragua de l’ile Calero, invasion qui est toujours en cours aujourd’hui. Les Forces armées du Nicaragua ont déboisé sauvagement une portion de l’ile (qui constitue un habitat écosensible et protégé) avec l’intention de dévier le cours du fleuve San Juan et ainsi de modifier la frontière. Le Costa Rica ayant abolie son armée en 1949, il ne peut avoir recourt qu’aux institutions internationales pour défendre la souveraineté de son territoire.

    • Oscar Arburola dit :

      @Pascal
      1) S’il y a eu invasion du territoire costaricain et si ce pays doit compter sur les institutions internationales pour «défendre sa souveraineté? Pourquoi aucune organisation ni pays ami (les Etats-Unis par exemple a signé un entente avec le CR en cas d’agression) n’est allé au secours de ce pays sans défense car, selon vous,il n’a pas d’armée? Tout simplement qu’il n’y a pas eu d’invasion.
      2) Pour votre information, le Costa Rica n’a peut-être pas d’armée, mais cette nation possède une force policière plus grande que l’armée du Nicaragua. Cette policé est entrainé par l’armée des États-Unis. et en fin le Costa Rica dépense 3 plus d’argent dans sa police que le Nicaragua dans son armée.

  2. Oscar Arburola dit :

    Bonjour,

    Juste pour rectifier, contrairement à ce qui est écrit dans votre nouvelle, non le conflit limitrophe entre le Nicaragua et le Costa Rica n’a pas été déclanché ou ravivé par cette erreur cartographique de google, comme vous l’affirmez. La cause de ce conflit est le dragage du Rio San Juan qui appartient entièrement au Nicaragua, mais que le Costa Rica prétend avoir des droits. Or, la Cour internationale de la Haye a donné raison au Nicaragua sur la sobéranie de ce fleuve pas plus tard que 2009.

    • Guillaume Lebailly dit :

      Je vous remercie pour ces informations. L’objectif de ce billet était uniquement de montrer que GoogleMaps, du fait de son importante médiatisation, a servi de vecteur pour, sinon « raviver », du moins « re-médiatiser » un conflit encore peu connu. C’est cet aspect « alibi cartographique » que j’ai voulu évoquer, plus que le conflit en lui-même, qui dépasse en effet de beaucoup la simple erreur de topographie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *