Estivales africaines, Afrique / Occident : la circulation des savoirs

UN CYCLE DE DÉBATS HEDOMADAIRES ORGANISÉ A LA BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE

La manifestation « Estivales africaines » de la BNF comprend une présentation de documents originaux sur l’histoire de l’Afrique et un cycle de débats hebdomadaire. Il s’agit de questionner les multiples formes d’écriture et de transmission du savoir et de représentations, sur l’Afrique et en Afrique, produits tantôt par les Occidentaux, tantôt par les Africains. 

Entre le XVIe siècle et le XIXe siècle, à travers les cartes continentales, mais aussi les récits des explorateurs qui peu à peu depuis les littoraux et leurs comptoirs, pénètrent au cœur des territoires africains, les Européens découvrent l’Afrique. Tandis que les photographies parvenues dans les collections de la BNF témoignent de la rencontre entre les deux mondes. Comment s’est construit la connaissance des territoires et des peuples africains pour les Européens ? 

En jeu de miroir, que sont ces savoirs africains polyphoniques, présents dans les manuscrits de Tombouctou, haut lieu de connaissances et d’érudition depuis le XVe siècle ? Que nous disent de l’Afrique, les écrivains et les cinéastes africains ? Comment aborder les multiples vecteurs de transmission d’un imaginaire que sont par exemple les tissus africains, et encore les multiples signes et représentations non écrits de la vie quotidienne des africains ? Enfin d’hier à aujourd’hui, comment se manifeste la permanence de la tradition orale africaine ? 

Autant de contributions qui permettent de nourrir les questionnements sur l’Afrique, et feront découvrir à tous le passé et le présent de ce continent, revisité à travers les collections de la BNF et les interventions de chercheurs africanistes, d’un griot, d’une conteuse… 

Débats tous les mardis de 17h30 à 19h, organisés du 5 juillet au 30 août 2011. Espace pédagogique-Jules Verne – site François-Mitterrand, hall Ouest. 

5 juillet : Tombouctou, ville du savoir du 16e au 19e siècle, rencontre présentée par Saadou Traoré et Marie-Geneviève Guesdon

Dès le 16e siècle, Tombouctou fut l’un des centres du savoir du monde islamique autour de l’Université de Sankoré qui rassemble aux 16e et 17e siècles 25 000 étudiants en droit et sciences islamiques, grammaire arabe, sciences diverses comme l’astronomie et la médecine. La renommé de cette université s’étendra jusqu’au 19e siècle.

12 juillet : Jules Hansen, dessinateur et géographe : l’exploration de l’Afrique mise en cartes, rencontre présentée par Olivier Loiseaux

Jules Hansen est un des principaux cartographes français qui participent au renouveau des sciences géographiques à la fin du 19e siècle. L’Afrique occupe une place prépondérante dans ses travaux. Hansen se voit confier des documents rapportés par les explorateurs : carnets de notes, itinéraires, manuscrits, journaux de route dont il compile les informations avant leur mise en carte.

19 juillet : Afrique, (des) littératures de textes et de parole, rencontre présentée par Henja Vlaardingerbroek

Voyage à travers la richesse des littératures africaines grâce à un aperçu de l’histoire des textes, écrits et oraux, de leurs multiples formes d’expression, des épopées, des contes aux romans et à la poésie en passant par le théâtre pour aller à la rencontre des auteurs africains majeurs.

26 juillet : Explorer ? L’image de l’Afrique dans les collections de la BNF, rencontre présentée par Yannick Grandcolas

De nombreuses sources de documents permettent de découvrir comment s’est déroulée l’exploration de l’Afrique : dessins, croquis, revues populaires de vulgarisation, photographies parmi lesquelles celles du fonds important de la Société de géographie conservé à la BnF.

2 août : Regard sur l’Ouest africain dans les récits de voyage européens, rencontre présentée par Juliette André

Les récits de voyages des européens en Afrique sont très nombreux et très variés. Ils permettent d’éclairer le regard que les voyageurs portent sur les contrées qu’ils parcourent et sur les populations qu’ils rencontrent.

 

9 août : Territoires du cinéma africain, rencontre et films présentés par Julien Farenc.

La BnF réunit dans ses collections une part considérable des films réalisés par les cinéastes de la francophonie africaine. Leurs films donnent à voir des sociétés souvent transfigurées et la manière dont les Africains se représentent le monde.

 

16 août : Coloniser ? Les collections de la BnF témoins de leur temps, rencontre présentée par Frédéric Manfrin

De la conquête de l’Algérie aux indépendances, ce sont des milliers de documents qui attestent de la présence de l’administration française sur le sol africain : une mine pour reconstituer l’histoire de la période coloniale.

 

23 août : L’école pour tous en Afrique : le conte

A travers un média d’aujourd’hui, Skype, Smail Kanouté fait vivre la tradition orale africaine. Il invite à la BNF le griot Kouyaté et la conteuse Malvina à raconter un conte : Djate Souba. Ce conte sera narré en langue française.

30 août : Estivales africaines, territoires imaginés, territoires réels, rencontre proposée par Jean-Yves Sarazin

Du 15e siècle au 19e siècle, les descriptions de l’Afrique quittent les territoires de l’imaginaire pour se rapprocher d’une réalité vécue, cartographiée et photographiée. Pour conclure nos Estivales africaines, l’auteur propose de réfléchir à l’évolution des sources de connaissance sur l’Afrique.

 

 


Jean-Yves Sarazin

Directeur du département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Jean-Yves Sarazin

Directeur du département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *