Connaissance de l’Afrique par les européens, exposition à la Bibliothèque nationale de France

Du 20 juin au 4 septembre 2011, dans le cadre des Estivales africaines, le département des Cartes et plans de la BNF propose une exposition…

Tandis que le 25e Congrès international de cartographie, soutenu par la Bibliothèque nationale de France et l’Institut géographique national, se déroule au palais des Congrès de Paris du 3 au 8 juillet 2011 (www.icc2011.fr), et que les études sur l’histoire de l’Afrique connaissent un renouveau en France et à l’étranger parallèlement aux bouleversements politiques actuels des pays africains, il a paru naturel de réfléchir à la connaissance ancienne que les Européens avaient des territoires de ce continent.

Durant tout l’été, trois espaces librement accessibles aux visiteurs sont dédiés à ce thème : connaissance des contours de l’Afrique grâce à douze grandes cartes continentales (allée Julien Cain) ; connaissance de l’intérieur des territoires africains à travers cartes, croquis, dessins et photographies rapportés par les explorateurs (Abécédaire des collections) ; cartes numérisées et interactives de l’Afrique (le Labo). Sans oublier l’exceptionnelle représentation du continent africain sur le globe terrestre de Vincenzo Coronelli (Hall des globes). 

En complément, chaque mardi soir du 5 juillet au 30 août 2011, se tient un cycle de conférences/débats sur les différentes manières d’appréhender l’Afrique, que l’on appartienne ou non à ce continent (salle Jules Verne, Haut-de-Jardin, côté Ouest). 

Le nom d’Afrique (Africa) fut donné par les Romains à l’ancien territoire carthaginois, la pointe Nord-Est de la région de l’Atlas. Peu à peu, le nom de la province s’étendit, jusqu’à désigner enfin l’ensemble du continent. Il remplaça le nom grec de Libye.

De la Renaissance à la fin du XVIIIe siècle, les Européens ne connaissaient du vaste continent africain que ses côtes sur lesquelles ils avaient fondé des comptoires. Au tournant du XIXe siècle, l’intérieur du continent suscite un regain d’intérêt. Dès 1778, avec l’expédition de James Bruce et tout au long du XIXe siècle, l’Afrique devient l’objet d’un large mouvement de découvertes, d’explorations et d’inventaires où la cartographie prend une place prépondérante dans l’appropriation intellectuelle, scientifique et politique des territoires. A la fin du siècle, l’histoire de ces voyages se confond avec celle de la colonisation : l’explorateur passe des traités, cherche à gagner des territoires pour son pays d’origine et à devancer ses concurrents (rivalité entre Stanley et Braza dans certaines régions du bassin du Congo). En une trentaine d’années, de 1880 à 1914, la quasi-totalité du continent africain est colonisée par les nations européennes, à l’exception de deux Etats indépendants, l’Ethiopie et la jeune nation du Liberia fondée en 1820 par des esclaves revenus des Amériques. 

BNF, site François-Mitterrand, entrée libre du mardi au samedi de 10h à 19h, le lundi de 14h à 19h et le diamnche de 13h à 19h.


Jean-Yves Sarazin

Directeur du département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Jean-Yves Sarazin

Directeur du département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *