Les ressources cartographiques du département des Cartes et plans de la BnF

Fiche n°2 : Les territoires de l’Afrique du Nord et de l’Algérie par Guillaume Lebailly et Jean-Yves Sarazin

Les Algériens ont peu accès à la topographie de leur territoire, limitée à une commercialisation de cartes routières imprécises – la diffusion de la topographie elle-même est contrôlée par l’armée. En France, les collaborateurs de la Bibliothèque nationale de France (BnF) ont à cœur, depuis l’indépendance de l’Algérie et donc de la fin du dépôt légal qui s’appliquait sur ce territoire divisé en trois départements français, de maintenir une politique d’acquisition de cartes topographiques. Le chercheur intéressé par l’Algérie aura ainsi à sa disposition un choix de cartes, depuis la cartographie des littoraux sur les cartes-portulans médiévales jusqu’aux récents travaux de topographie.

Après une importante période de cartographie littorale, les ressources cartographiques du département se renforcent après 1830 par l’apport des cartes élaborées peu à peu sous l’impulsion du pouvoir métropolitain désireux de maîtriser ce territoire inconnu : cartes topographiques en série, plans de villes, ainsi que de nombreuses cartes thématiques.

Dès 1830, des brigades topographiques assistent l’armée. Pendant les dix premières années d’occupation, les cartes ainsi dessinées sont incomplètes et peu précises. La situation évolue rapidement après 1850. Une première série au 1/800 000 est dressée en 1876 et couvre, en plusieurs feuilles en couleur, la majorité du territoire algérien. Cette carte, à vocation militaire, est produite jusqu’à la fin du XIXe siècle par le Dépôt de la Guerre (futur IGN). Parallèlement, d’autres séries thématiques (cartes géologiques, pédologiques ou de végétation) insistent sur des axes précis d’étude du territoire.

Le dépôt légal offre l’accès à une carte plus précise de l’Algérie, au 1/200 000, dressée sur demande du gouverneur général Jonnart. Cette entreprise, commencée en 1880, est poursuivie à la même échelle par l’IGN jusqu’à l’indépendance, qui met fin à la production des 43 feuilles prévues : 38 sont produites, proposant ainsi un témoignage précieux et quasi complet.

Le deuxième tiers du XXe siècle est un moment fécond pour la cartographie de l’Algérie. En effet, l’IGN, outre la série fondatrice au 1/200 000, dresse une impressionnante quantité de cartes, depuis des cartes locales au 1/20 000, jusqu’au traditionnel 1/50 000 – équivalent de la « série orange » métropolitaine –, qui propose entre 1882 et 1958 une couverture topographique de référence, réutilisée jusque dans les cartes géologiques. L’échelle du cent-millième semble peu utilisée, à l’exception d’une série tardive (« type 1956 ») qui sera elle aussi arrêtée à la fin de l’année 1961.

Les collections de la BnF montrent aussi un intérêt des cartographes pour des levés qui ne se limitent pas à l’Algérie mais s’étendent à la Tunisie et à l’ouest de la Libye. C’est le cas avec les plans directeurs français au 1/20 000 entre 1904 et 1935, mais, de manière plus marquante, avec les cartes au 1/200 000 réalisées par l’Allemagne nazie entre 1940 et 1942.

L’indépendance algérienne en juillet 1962 ne marque pas un coup d’arrêt aux opérations françaises de cartographie, puisque l’IGN continue, entre 1965 et 1970, à produire des cartes au 1/25 000 « pour le compte du ministère de la Reconstruction, des travaux publics et des transports de la République algérienne démocratique et populaire ». Ces travaux permettent la transition vers la nouvelle cartographie émise aujourd’hui en Algérie par l’Institut national de cartographie et de télédétection (INCT), dont le site internet montre des projets de couverture topographique à différentes échelles (http://www.inct.mdn.dz).

Remarquables aussi sont les cartes et les plans isolés se rapportant soit au territoire algérien (villes et littoraux) avant et durant la présence française. Avec l’émergence au XIVe siècle, de la cartographie nautique en Europe, les savants ont appris à reconnaître le tracé des côtes de l’Afrique du Nord, dont le front marin algérien appelé « Barbarie ». La représentation des terres de l’intérieur, elle, s’appuyait encore essentiellement sur les travaux du grec Ptolémée et des géographes musulmans de l’époque médiévale, sans réelle étude toponymique, malgré certains détails portés ça et là sur les cartes de voyageurs ; la carte d’Afrique de Jean-Baptiste d’Anville (1749), novatrice par ailleurs, n’est pas plus précise. Avant 1830, seule la géographie du littoral observée depuis la mer a pu bénéficier de la science des ingénieurs du Dépôt des cartes et plans de la Marine, ancêtre du Service hydrographique de la Marine. De ce même fonds, on signale également d’importantes contributions modernes, dont les cartes et profils de côtes dus au capitaine Ernest Mouchez (1821-1892).

Parmi les nombreux plans de ports d’Algérie et de villes de l’intérieur, on citera : Argel (Alger) au début du XVIIe siècle qui présente le combat naval de 1516 entre les Barbaresques et le corps de débarquement des Espagnols ; les vues cavalières gravées d’Alger des XVIe-XVIIe siècles ; le plan géographique de la rade et des environs de la ville d’Oran, comprenant le détail du port et château de Mazalquivir (Mers-el-Kébir) en 1732 ; la partie ouest de Constantine et de l’Aurès par d’Anville ; le croquis de la ville de Constantine par le capitaine Saint-Hypolite en 1836 d’après des renseignements arabes ; le plan du port de Djidjelli en 1837 ; la carte des environs de Philippeville vers 1840, etc.

Comme le département des Cartes et plans ne concentre pas la totalité de la documentation cartographique, il est nécessaire d’explorer les séries du département des Estampes de la BnF, notamment les recueils factices des séries U, Voyages et T, Topographie. De la même manière, le Service historique de la Défense au château de Vincennes et le Service des archives d’Outre-Mer à Aix-en-Provence possèdent des collections de plusieurs centaines de documents cartographiques sur le territoire algérien.

Références bibliographiques :

J. Martin, « La Carte d’Algérie », Annales de Géographie, n°41, 1932, p. 314-317

H. Blais dans J.-M. Besse (dir.), Naissances de la géographie moderne, 1760-1860 : lieux, pratiques et formation des savoirs de l’espace, Lyon : ENS éd., 2010.

M.-A. de Villèle et C. Ponnou, A la découverte d’un territoire, inventaire des cartes anciennes de l’Algérie conservées au Service historique de la Défense, Vincennes, 2010, 589 p.


Jean-Yves Sarazin

Directeur du département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Jean-Yves Sarazin

Directeur du département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *