Les ressources du département des Cartes et Plans

Fiche 3 : le fonds Jean Gottmann

Au cours de l’année 1995, Madame Bernice Gottmann a fait don d’une volumineuse documentation rassemblée par son mari. Jean Gottmann (1915-1994), professeur émérite de l’Université d’Oxford, fellow of Hertford College de 1968 à 1983, occupe une place à part dans la communauté universitaire. Volontiers décrit comme un visionnaire, cet humaniste moderne et de pensée libérale a laissé une œuvre scientifique d’envergure internationale.

 Le fonds Gottmann comprend la partie proprement géographique de sa bibliothèque (ouvrages et revues de géographie urbaine et politique), l’ensemble de sa correspondance de 1933 à 1994 évaluée à 15 000 feuillets, tant lettres reçues que copies de lettres expédiées, tous ses agendas et un dossier de papiers personnels. A cela, il faut ajouter des cartes, des diapositives et des photos sur les « zones de civilisation », et des notes de travail dont il se servait pour illustrer ses cours ou comme support à une publication.

1. – Correspondance

Dans sa correspondance on retrouve les grands géographes de ce demi-siècle écoulé, les maîtres, les collègues et les disciples, mais aussi les éditeurs de Gottmann, les responsables politiques et les directeurs d’université ou de département de géographie français et étrangers, des scientifiques de toute discipline tels Claude Levi-Strauss ou Robert Oppenheimer. La dimension cosmopolite de ses activités se lit tout au long de sa correspondance avec ses héritiers et ses amis, parmi lesquels Laponce, Laugier, Mantoux, Morel, Gay, Claval, Malaurie, Muscarà, Miyakawa, Dov Nir, Psomopoulos, Scargill, Earle, Lowenthal, Paassen, Prevelakis, Doxiadis…

 2. – Les livres, les tirés à part et les périodiques

En premier, nous trouvons tous les livres qu’il a écrits et nous avons quasiment un exemplaire de tous les articles qu’il a rédigé et publiés, y compris les préfaces et les postfaces. De l’ensemble des livres dont le département à hérité, 75% ont paru à l’étranger. Les monographies et les articles scientifiques édités à l’étranger ont au sein d’un don de documents, une importance particulière lorsqu’ils font leur entrée à la Bibliothèque nationale. En effet, celle-ci à pour mission de recueillir par dépôt légal la production française, par ailleurs, elle se donne les moyens financiers, mais jamais assez suffisants, pour acquérir les titres étrangers intéressants. L’entrée massive de cinq cent livres d’origine étrangère est donc significative et permet d’affirmer le caractère universel des collections possédées par la Bibliothèque nationale de France.

L’examen des titres étrangers permet de les présenter par rubrique ; des atlas, tel l’Atlas of Swaziland ou encore le Great Atlas of London ; des livres de géographie régionale, de géographie humaine, de géopolitique ; des essais sur les problèmes majeurs du XXème siècle et notamment la densification des villes, la déforestation ; un très grand nombre de publications administratives américaines (annuaires de statistiques) dont il a eu besoin pour ses travaux notamment Megalopolis. Les principaux pays d’édition sont les Etats-Unis, le Royaume Uni, l’Italie et le Japon, on retrouve souvent des titres envoyés par ses correspondants avec une dédicace.

 3. – Les papiers personnels

Même si Bernice Gottmann n’a émis aucune réserve au sujet de la communication des documents en salle de lecture, le personnel de la Bibliothèque doit néanmoins appliquer la législation en cours vis-à-vis des documents à caractère personnel, acte d’état civil, papiers d’identité, dossiers médicaux, documents fiscaux, qui ne doivent pas être communiqués avant cent et cent vingt années sauf dérogation. Sont présents tous les agendas de 1940 à 1994, en revanche, on repère seulement deux carnets de note dont l’un sur la période 1940-1941. Il avait pris l’habitude de découper les pages de ses carnets et de les glisser dans ses dossiers de travail ce qui explique leur quasi absence en tant que tels.

 4. – Les documents cartographiques

Parmi les cartes, on peut citer les cartes thématiques qui montrent la densité de la population ou la distribution de tels ou tels phénomènes, les cartes routières (utilisées pour ses déplacements, notamment aux Etats-Unis et en Angleterre), toutes les cartes qu’il a utilisées pour ses travaux sur la Virginie et Megalopolis qui proviennent pour beaucoup de l’U.S Census Bureau à Washington, plans de ville du monde entier de Cahors à Jérusalem, de Lausanne à Nagoya, d’Athènes à New York. Dans un important dossier, on trouve les seules cartes originales sur calque pour un travail d’envergure sur le centre urbain d’Oxford datées d’entre 1969 et 1976. Un autre point fort est celui des plans de villes israéliennes que l’on trouve soit en hébreu, soit en anglais ou en français.

 5. – Les photos et les diapositives

Les tirages noir et blanc sont souvent le résultat d’un travail de professionnel ; un photographe d’une agence payé pour effectuer des prises de vue originales. En revanche, les diapositives résultent d’une prise de vue effectuée par Jean Gottmann ; l’un et l’autre ne peuvent faire l’objet d’une description pièce à pièce, elles seront donc décrites par lot avec la mention de leur nombre. Celles prises dans les agglomérations américaines pour la période 1950-1960 sont bien évidemment du plus grand intérêt. Elles forment la majorité du lot d’images.

 6. – Les dossiers de travail

Ce sont souvent les derniers qu’il a constitués, ceux qu’il a utilisés à Oxford ou des dossiers préparés pour des publications qui n’ont pas abouti par exemple La quête des paradis sur terre que l’auteur imaginait faire paraître dans une collection intitulée « inventaire de l’avenir ». Les archives de Mégalopolis n’en font pas partie, comme d’ailleurs, tous les dossiers constitués en vue d’une publication. Les documents étaient ordonnés en dossier, la correspondance classée par année de manière à en faire l’un et l’autre des instruments de travail. Cependant, on relève des sédimentations, par exemple après 1960, il n’alimente plus certains dossiers comme celui sur la géographie d’Israël, c’est encore plus vrai avec tous les dossiers sur l’urbanisation américaine, celui sur l’agglomération de Washington, celui sur l’alimentation en eau de New York, celui sur l’Etat du New Jersey. A partir de son séjour à Oxford, les articles qu’il reçoit sur l’un ou l’autre des thèmes mentionnés, resteront, après avoir été lus et commentés (notes manuscrites en marge), dans la série des tirés à part.

Avec ses dossiers de travail, nous pensions trouver les ébauches, les brouillons de ses livres, il ne les conservait pas ; il ne gardait pas ce que nous appelons les tapuscrits, non plus ce qui était remis aux éditeurs, même dans le cas d’une réédition avec corrections d’auteur. De toute sa bibliothèque, un livre unique porte l’écriture des améliorations, des mises à jour qu’il voulait ajouter d’une édition à l’autre. Il s’agit de son Amérique, édition 1954 pour préparer l’édition de 1960.

 Pour en savoir plus : A.-L. Sanguin, G. Prévélakis, « Jean Gottmann (1915-1994), un pionnier de la géographie politique », dans Annales de Géographie, janv.-fév. 1996, n° 587, p. 73-78. G. Dix, « Jean Gottmann An appreciation », dans Town planning Review, juillet 1994, vol. 65, n° 3, p. iii-vii. K. E. Corey, « In memoriam : Jean Gottmann, 1915-1994 », dans Annals of the Association of American Geographers, 1995, vol. 85, n° 2, p. 356-365 ; Actes du colloque Gottmann,


Jean-Yves Sarazin

Directeur du département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Jean-Yves Sarazin

Directeur du département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *