Les ressources cartographiques du département des Cartes et Plans de la Bibliothèque nationale de France

 

Fiche n°4 : Le Japon par Guillaume Lebailly et Jean-Yves Sarazin (reprise d’un article paru dans la revue Carto le monde en cartes, mars 2012)

 

Le récit des voyages de Marco Polo appelé Il Million ou encore Le devisement du Monde, contient la première mention des îles du Japon par un Européen. Située au chapitre 160, le Japon surgit dans la littérature sous cette forme : « Çipangu est une île au Levant, qui est en haute mer, éloignée de la terre ferme de mille cinq cents milles. Elle est très grandissime. Les habitants sont blancs, de belles manières et beaux. Ils sont idolâtres et se gouvernent eux mêmes. Et vous dis qu’ils ont tant d’or que c’est sans fin, car ils le trouvent dans leur îles. Peu de marchands s’y rendent, parce que c’est trop loin de la terre ferme, et c’est pour cette raison que l’or y abonde oultre mesure. Cette description a suffit pour faire de Cipango la quête principale de Christophe Colomb qui tenta de rejoindre les Indes à travers l’Atlantique nord. A la lecture du récit fondateur dû à Marco Polo, des navigateurs et des cartographes tels que Fra Mauro en 1453 ou Martin Behaïm en 1492, cherchèrent à localiser une île nommée Cipango ou Zipangu très au large de la Chine. En s’emparant de Goa en 1510 et surtout de Malacca en 1511, les Portugais entrèrent en contact avec des marchands japonais animés comme eux par la convoitise des épices. Mais ils durent attendre septembre 1543 pour atteindre par hasard et à cause d’un typhon qui les déporta des côtes chinoises, les îles japonaises, soit trois siècles et demi après le récit de Marco Polo, dont on ignore s’il a réellement vu les îles. Immédiatement, le Japon devint l’une des plus importantes terres de mission d’Asie, grâce à François Xavier. Mais sous la domination du Shogunat Tokugawa installé à Edo (Tokyo), les Japonais rendirent en 1639 un édit qui expulsait les missionnaires et les marchands catholiques. De fait, ils s’isolèrent des étrangers pendant deux siècles, laissant les géographes occidentaux dans l’ignorance de la figuration précise des quatre îles principales. Les premières cartes dessinées par des Jésuites, imprécises et incomplètes de l’île la plus septentrionale, Hokkaïdo, présentaient un ensemble d’îles davantage étendues sur une ligne Est-Ouest. Ce n’est qu’avec le XVIIIe siècle et l’activité de Jean-Baptiste Bourguignon d’Anville, à partir des relations des Jésuites installés en Chine, que des progrès dans la représentation de l’espace maritime japonais furent accomplis.

 

1. Les ressources cartographiques antérieures à l’ère Meiji (1853-1912)

Le département des Cartes et Plans possède près de deux cents cartes anciennes d’origine européenne représentant les îles japonaises et plus de deux cents cartes, plans et atlas japonais en impression xylographique sur papier à la forme traditionnelle. D’une part, la totalité de la production gravée européenne y est conservée et comprend les auteurs suivants : Bordone, Walseemüller, Apian, Münster, Gastaldi, Ortelius, van Langren, Thevet, Teixeira, Hondius, Janssonius, Blaeu, Briet, Sanson, Dudley, Tavernier, Martini, Ottens, Goos, de Wit, Moll, Coronelli, Du Val, Reland, Kaempfer, Le Rouge, d’Anville, Cassini, Van der Aa, de Fer, Seutter, Bellin, Tirion, Robert, Vaugondy. D’autre part, la politique d’enrichissement soutenue dès la création du département par Edme-François Jomard, a permis de constituer un ensemble représentatif de l’ancienne cartographie japonaise qui ne circulait pas en Europe. De la vente de la collection de l’orientaliste allemand Klaproth en 1840, le département acquit des pièces remarquables dont des plans de villes japonaises imprimés vers 1670-1680 ainsi que de rares cartes routières du siècle suivant. 46 pièces furent acquises en 1886, 61 en 1935 comblant des collections lacunaires causées par les deux siècles d’isolement des Japonais. Au sein de la splendide collection cartographique du service hydrographique de la Marine, on ne dénombre pas moins de cinquante cinq documents essentiels datés entre 1630 et 1793. Qu’il s’agisse de cartes topographiques, de plans de villes ou de profils de côtes, ils sont tous liés aux explorations effectuées dans ce secteur du monde par les Hollandais.

 

Sur les cartes européennes, le toponyme Japon connaît des formes diverses issues tantôt de la célèbre appellation inventée par les chinois au VIIIe siècle, Jih-pen-kuo, traduite en « Pays du soleil levant », tantôt du nom japonais, Nip-pon-kokku « L’origine du soleil ». De la forme chinois découlent sur les cartes, Zipangu (récit de Marco Polo) par Behaïm en 1492, Zinpangri par Waldseemüller en 1522, Ciampagu par Bordone en 1528, et de la forme japonaise, Jampon par Tomé Pires en 1512, Giapam par Gastaldi en 1550, Iapan par Ortelius en 1570, Giapone par Monte en 1589, Iaponia par Ortelius en 1595, Iapon ou Niphon par les cartographes français des XVIIe et XVIIIe siècles, Japonia/Japan/Japon au XVIIIe siècle.

 

2. Une longue tradition d’échanges et de partenariats

Dès sa création en 1828, le département des Cartes et Plans a veillé à étoffer un fonds précis et à jour sur la topographie mondiale. Le Japon a fait l’objet de partenariats qui ont permis de constituer au fil des décennies une collection cohérente de données cartographiques reconnues et utilisées par des chercheurs tant français qu’étrangers. A partir de la seconde moitié du XIXe siècle, le Japon commence à produire des séries cartographiques systématiques, sous l’impulsion d’organismes centralisés. En 1869, le ministère de la Fonction publique se dote d’une section de la cartographie cadastrale, réorganisée dès 1888 en un influent Cadastre impérial du Japon, devenu en 1945 l’Institut géographique du Japon (Geographical Survey Institute). Cette institution, tout récemment renommée Autorité d’information géospatiale, est à l’origine de séries à différentes échelles, que la Bibliothèque nationale conserve très largement – près de 60 000 feuilles à ce jour. La principale d’entre elles est la série qui couvre le territoire japonais au 1/50 000 : le département des Cartes et Plans conserve diverses éditions de chaque feuille, des années 1910 jusqu’aux dernières acquisitions des années 1990-2000. Ces cartes, à la manière de la série orange française, font une large part aux informations de relief (courbes de niveau, points côtés) ainsi qu’à la toponymie, encore majoritairement non translittérée, bien que les coupures bilingues en japonais et anglais tendent à se multiplier. Un autre institut, géologique celui-là, permet par ailleurs une couverture cartographique à des échelles variées : d’abord au 1/200 000 entre 1884 et 1894, puis simultanément aux 1/50 000, 1/75 000 et 1/500 000. Les cartes sont accompagnées d’un Bulletin qui aide les chercheurs à mieux les utiliser et à en connaître les plus récents ajouts. La Bibliothèque nationale de France, du fait d’échanges importants dans la seconde moitié du XXe

siècle avec la Bibliothèque nationale de la Diète à Tokyo, bénéficie d’une riche collection de feuilles de chacune de ces séries.

Nombreuses sont les thématiques couvertes par la cartographie japonaise conservée au département des Cartes et Plans : géologie marine, cartes des bassins fluviaux, volcans, sites d’exploitation de charbon et de pétrole, ainsi que des plans de villes et des données cartographiques sur la végétation et la tectonique. Il faut également mentionner les collections de cartes hydrographiques japonaises, dont la remarquable régularité depuis la fin du XIXe siècle est reconnue des chercheurs et permet une étude précise du littoral est-asiatique, dans le prolongement des collections anciennes de portulans. Aujourd’hui encore, des acquisitions ponctuelles de cartes et d’atlas japonais contribuent à la complétude de ce fonds. La Bibliothèque nationale de France a par exemple la chance de conserver un nombre important de cartes produites entre 1943 et 1948 par le Washington Army Map Service : l’armée américaine s’intéressait alors aussi bien à un relevé précis des voies de communication (carte des routes au 1/250 000) qu’à une topographie de précision (jusqu’au 1/25 000) pour les territoires les plus stratégiques. Pour les périodes plus récentes, la France produit elle aussi, grâce à de grands organismes comme l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) et la manufacture Michelin, un certain nombre de documents sur le Japon : reçus chaque année au titre du dépôt légal, et décrits dans les catalogues de la Bibliothèque nationale de France, ils permettent de proposer pour le territoire japonais un axe de cartographie complémentaire de la production directement acquise auprès des organismes producteur

 


Jean-Yves Sarazin

Directeur du département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Jean-Yves Sarazin

Directeur du département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *