Exposition à la British Library : Magnificent maps. Power, Propaganda and Art

Les cartes anciennes, faut-il le rappeler, ne sont pas simplement le reflet des connaissances géographiques de leur temps. En matérialisant l’étendue de la domination d’un souverain, en rendant immédiatement visible la menace d’un ennemi ou plus simplement en manifestant, par la beauté de leur réalisation, la grandeur et la richesse des puissants, les cartes entretiennent des relations étroites et complexes avec le pouvoir. Si ces liens entre cartographie et pouvoir constituent aujourd’hui une thématique largement défrichée par l’historiographie moderne – à la suite notamment des travaux de J.B. Harley – il manquait encore une exposition qui proposerait au grand public les acquis de ce changement de perspective. C’est désormais chose faite avec l’exposition Magnificent maps qui se tient à la British Library jusqu’au 19 septembre. Les 80 cartes retenues reflètent la diversité des périodes (de Rome au très contemporain), des supports (du manuscrit à l’affiche de propagande) et des échelles (des mappemondes aux plans de ville). La plupart des œuvres sont des originaux issus, le plus souvent, des collections de la British Library et dont certaines, comme le fragment de mappemonde murale du Duché de Cornouailles, ne sont que rarement dévoilées au public. D’autres documents, plus fragiles ou difficiles à transporter, comme la célèbre mappemonde de Hereford ou celle, non moins fameuse, de Fra Mauro, sont seulement présents sous forme de copies ou de fac-simile. Le parcours ne suit pas strictement la chronologie mais s’organise davantage autour des lieux où les cartes étaient autrefois exposées, des salles d’audience aux salles de classes en passant par les cabinets de curiosités, les États-majors ou encore la rue. Bien qu’il donne parfois lieu à des rapprochements surprenants, ce parti-pris a l’avantage de bien mettre en valeur la diversité des fonctions et des usages des cartes. Un ingénieux système de loupe numérique permet en outre de « zoomer » et d’apprécier les détails de certaines d’entre elles, comme la minuscule mappa mundi dite du Psautier ou l’immense carte de Fra Mauro. Au sein de cette sélection pourtant si variée, on peut seulement regretter que les cartes produites en dehors de l’Europe, notamment en Extrême Orient ou dans le monde arabo-musulman, soit aussi peu représentées. Celle-ci n’en demeure pas moins d’une richesse étourdissante et offre au grand public un aperçu des plus belles réalisations cartographiques occidentales, justifiant amplement le titre retenu par les organisateurs de l’évènement. Mais le propos de cette exposition dépasse de loin la dimension esthétique de l’objet cartographique. La scénographie et les cartels, brefs mais didactiques, accompagnent le visiteur afin qu’il ne se contente pas de la contemplation passive de ces « cartes magnifiques » mais qu’il en apprécie, en spectateur averti, les messages et les enjeux.

Du 30 avril au 19 septembre à la British Library, Londres.

Site de l’exposition

Site de la British Library


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *