Action publique et appellation des territoires français

« Hexagone », « France hexagonale », « métropole », « France métropolitaine » sont des expressions commodes, médiatisées, qui, tout en cherchant à nommer le territoire français situé en Europe par opposition à la France d’outre-mer composé des départements et régions d’outre-mer – collectivités d’outre-mer (DOM-COM ou DROM-COM et non plus des DOM-TOM) situés en dehors du Vieux-Continent, apporte son lot d’incompréhension et de malaise au sein de la communauté nationale. Au 1er janvier 2011, 2 860 000 français résident dans les Drom-Com. Une circulaire de la garde des Sceaux, ministre de la Justice, Christiane Taubira en date du vendredi 25 janvier 2013 et relative à la délivrance des certificats de nationalité française (CNF) aux enfants nés à l’étranger de Français, lorsqu’il apparaît, avec suffisamment de vraisemblance, qu’il a été fait recours à une convention portant sur la procréation ou la gestation pour le compte d’autrui, a été adressée aux huissiers et aux magistrats des tribunaux français avec l’expression inaccoutumée, « Hexagone et Outre-mer », au lieu de « métropole et de l’Outre-mer ». Métropole, synonyme d’espace dont le gouvernement domine des territoires colonisés, occuperait un rang supérieur à celui des iliens et des continentaux d’au-delà des océans.

 Le terme d’hexagone, comme l’a très bien analysée Marie Claire Robic dans un article paru dans la revue Mappemonde (n° 4, 1989, p. 18-23, en ligne http://www.mgm.fr/PUB/Mappemonde/M489/p18-23.pdf), est une métonymie inventée par les géographes des années 1880-1890 ; sorte d’outil ou de « travaille » pédagogique pour aider l’apprentissage de masse lorsque l’exécutif généralise l’école primaire, laïque et obligatoire. La figure ne s’imposa dans les mentalités qu’au moment de la perte de l’Empire colonial, lorsque la France se rétracte sur son espace européen et sur ses territoires ultramarins de vieille possession. Madame Taubira, sensible au sens des noms géographiques, consciemment ou inconsciennement, tenterait de lisser l’impact  Au lieu d’« Hexagone » et de « Métropole, certains préconisent « France continentale », ce qui tendrait à exclure les Corses ou autres « iliens » des façades atlantique et méditerranéenne, dont ils n’ont guère besoin.

 La désormais fameuse circulaire du ministère de la Justice pour faciliter l’accès à la nationalité française aux enfants nés à l’étranger par gestation, commentée dans le presse écrite et audiovisuelle, introduit l’emploi de la formule « hexagone et outre-mer » lorsqu’elle pourrait retenir « France et France outre-mer ». Aucun texte officiel n’impose une formule plutôt qu’une autre, et l’usage dicté par les hommes politiques tous issus du continent et de culture classique, est d’utiliser la formule « métropole et outre-mer ».

Avançons une autre expression : « France continentale, maritime et ultramarine ». Après tout, les textes administratifs et réglementaires ne sont pas à quelques signes près. Ce dernier adjectif , ultramarin, apparu au milieu du XIXe siècle est d’un emploi rare. Il sonne juste et gomme autant les particularismes que les antagonismes, souhaitons que ce trio qualifiant la France trouve auprès des Français de tous les horizons une adoption consensuelle.


Jean-Yves Sarazin

Directeur du département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Jean-Yves Sarazin

Directeur du département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *