Catégorie : Publications en histoire de la cartographie

Annonces de publications (livres, numéros de revues, etc.), compte rendu d’ouvrages, bibliographies, etc.

Nouvelle parution : « Cartes marines : d’une technique à une culture, 13e-18e siècle », Cartes & Géomatique n°216 (juin 2013)

Le dernier numéro de Cartes & Géomatique (Revue du Comité français de Cartographie) est consacré aux actes de la première journée du colloque « Autour de l’âge d’or des cartes marines » (BnF, 3-4 décembre 2012).

Frontispice des Premières Oeuvres de J. de Vaulx (BnF, Ms fr 150 - détail)

Edités par Emmanuelle Vagnon et Catherine Hofmann, avec la collaboration de Tony Campbell et d’Hélène Richard , il rassemble les contributions de neuf chercheurs français et étrangers (articles en français et en anglais, avec résumés dans les deux langues), avec une préface de Patrick Gautier Dalché. En voici le sommaire :

Publication « Artistes de la carte, de la Renaissance au XXIe siècle », Autrement, 2012

Présentation du propos

La fascination pour les cartes tend à faire oublier le travail qui précède la production de ces images si particulières. Elles sont pourtant le fruit de multiples opérations savantes et politiques : relevés de terrain, collecte de données, choix d’échelle, de signes, de couleurs, d’impressions. Cet ouvrage aborde l’histoire de la cartographie du XVe au XXIe siècle par le biais non pas des productions elles-mêmes, mais des auteurs de ces cartes. Qui les commande, les conçoit, les dessine, les signe ? Qui est le cartographe ? Quelle est sa place dans la société, quelles sont ses relations avec les détenteurs du pouvoir ? Sans préjuger de l’unité d’un métier de cartographe, l’ouvrage essaye de cerner les diverses figures, les constantes et les évolutions de cette activité dans l’Europe moderne et contemporaine.  Pourquoi et comment  mathématiciens et astronomes, marins et hydrographes, humanistes, topographes, explorateurs, militaires, artistes, ingénieurs et informaticiens dressent des cartes. Producteurs d’un savoir spatialisé, ils donnent à voir un monde qui est une construction. Et cette construction se comprend d’autant mieux que l’on parvient à en connaître les auteurs.