Un manuscrit havrais de navigation du XVIIIe siècle acquis par la bibliothèque municipale du Havre

Jean-Baptiste Le Grip, Cayez de navigation, 1762. Le Havre, Bibliothèque municipale

Depuis 2019, la bibliothèque municipale du Havre conserve dans ses réserves un nouveau trésor, qui n’est pas sans rapport avec la cartographie : le manuscrit de navigation du marin havrais Jean-Baptiste Le Grip (1762). Ce grand et épais in-folio de plus de 30 cm, relié en veau retourné (suède), est composé de 358 pages couvertes d’une écriture serrée à l’encre brune, enrichies de 140 illustrations (dont 7 planches dépliantes), 6 volvelles (disques mobiles en papier pivotant les uns sur les autres destinés à simplifier les calculs d’événements cycliques) et d’une vue de navire de guerre. Les dernières pages sont consacrées à l’art de dresser une carte.

Parmi les axes d’acquisition de la bibliothèque municipale, l’histoire du port du Havre et de la navigation occupe une place majeure, compte-tenu de l’importance qu’occupe la mer dans l’histoire de la ville. L’école royale d’hydrographie du Havre, fondée en 1666, devient rapidement la plus importante de France. Elle forme pilotes et capitaines, voit enseigner dans ses murs les plus grands professeurs d’hydrographie, comme Pierre Bouguer (1698-1758), dont le Nouveau traité de navigation fait référence tout au long du XVIIIe siècle. On y apprenait à naviguer, et donc, entre autres, à savoir utiliser les cartes, mais aussi les construire.

Or le fonds de la bibliothèque du Havre relatif à son histoire navale n’est pas aussi riche que pourrait le laisser penser son statut de bibliothèque de ville portuaire. Les collections des armateurs sont dispersées au gré des infortunes commerciales, les ouvrages d’hydrographie havraise anciens et précieux, comme les Premières œuvres (1583) de Jacques de Vaulx, enrichis d’instruments nautiques animés en vélin ou l’atlas splendidement enluminé de 56 cartes, la Cosmographie universelle de Guillaume Le Testu (1556), sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. L’entrée dans les collections du fonds patrimonial d’un manuscrit d’hydrographie havrais de 1762 constitue dès lors un événement.

Ce Cayez de navigation était connu indirectement, par une description donnée en 1920, par Albert Anthiaume, un spécialiste de l’histoire nautique, dans son ouvrage Évolution et enseignement de la science nautique. Le document était alors en mains privées. En 1930, il passe en vente publique, puis sa trace est perdue, jusqu’à sa mise en vente chez un libraire hollandais en 2019.

Jean-Baptiste Le Grip est né en 1734 à Pretreville près de Lisieux, mais signe son manuscrit « Jean-Baptiste Le Grip du Havre de Grâce ». Probablement fils de tisserand, le marin étudie à l’école d’hydrographie du Havre auprès de Jean-Louis Cléron père. En 1762, alors que la Guerre de Sept ans, qui oppose la France à l’archiduché d’Autriche, au royaume de Prusse et au royaume de Grande-Bretagne, fait rage, le navire de Le Grip est pris et celui-ci est fait prisonnier. Le royaume de Grande-Bretagne a pour stratégie de capturer le maximum de marins pour affaiblir la marine française, qui compte un nombre limité d’hommes expérimentés en mer.

Le Grip est alors retenu au château de Sissinghurst, situé dans le comté du Kent. S’il s’agit aujourd’hui d’une demeure magnifique entourée d’un jardin réputé, c’est au XVIIIe siècle une terrible prison : les captifs vivent pendant des mois dans des cellules puantes, sales, sans air, manquant de vivres et d’eau potable.

A cette date, Le Grip n’est pas encore pilote ou capitaine, mais doit déjà faire partie des officiers du vaisseau. Il bénéficie manifestement de conditions de détention plus favorable que celles du marin ordinaire : ses geôliers lui ont fourni du papier, de l’encre, sans doute une table et une chaise, peut-être contre services.

Concernant le contenu du Cayez, il est très vraisemblablement rédigé à partir des leçons dispensés par Jean-Louis Cléron, capitaine au long cours expérimenté, devenu « maistre de navigation au port du Havre» (c’est-à-dire professeur à l’école d’hydrographie) de 1753 à 1772, soit. Il est probable que les aspirants pilotes emportaient à bord leurs notes de cours.

Peu après sa captivité, le Grip est reçu pilote à l’amirauté du Havre le 27 avril 1764. On peut formuler l’hypothèse, qui reste à confirmer, que produire ce mémoire, sans doute agrémenté de trouvailles personnelles, était un atout pour obtenir le grade de pilote. A ce titre, une étude comparative des manuscrits de navigation normands produits dans des circonstances similaires (deux autres sont connus) sera menée.

Après sa nomination, Le Grip embarque quasiment tous les ans au long cours jusque 1791, où il renonce à la navigation. Il a, en 27 ans, principalement navigué vers des colonies françaises, effectuant 1 voyage pour Cayenne, 8 voyages en Martinique, 4 voyages à Saint-Domingue et 1 voyage à Sao Tome. En pleine traite négrière, le rôle direct ou indirect de Le Grip dans ce commerce devra impérativement faire l’objet d’un examen, d’autant que Jean-Baptiste Le Grip, à la fin de sa carrière, a signé en tant que capitaine, une adresse contre l’abolition de l’esclavage.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.