« La France vue d’ailleurs », un cycle de conférences à la Bibliothèque nationale de France, automne 2020

Faire parler le hors-champ

À l’heure où le passé colonial fait une irruption violente dans l’actualité et où le socle de la mémoire collective est ébranlé par des statues qu’on déboulonne, comment la cartographie, l’histoire de la colonisation et la généalogie des savoirs concourent-elles à éclairer l’objet « France » ? Un nouveau cycle de conférences explore ce questionnement.

Cycle de conférences conçu et animé par CRISTINA ION, conservatrice au département des Cartes et plans de la Bibliothèque Nationale de France

BnF, site François-Mitterrand, salle 70, les jeudi 24 septembre, 14 octobre et 24 novembre 2020, 18h30-20h. Entrée libre sur réservation préalable en raison de la crise sanitaire (voir site institutionnel de la BnF https://www.bnf.fr/fr/agenda/la-france-vue-dailleurs)

Atlas national illustré – frontispice. E. Combette éditeur, 1845

Toute démarche critique est un exercice de décentrement : accorder son intérêt à autre chose que soi permet précisément de sortir de soi. C’est un tel exercice qui est proposé ici. Son ambition est de de faire un détour par des points de vue extérieurs, culturellement et géographiquement autres, pour mettre au jour les opérations intellectuelles et les constructions imaginaires qui ont contribué à asseoir un récit autocentré et univoque sur la France. Ainsi, plutôt que de convoquer une altérité souvent essentialisée et fantasmée, ce cycle de conférences entend débusquer le hors-champ qui reste dans l’angle mort des approches de la France, de son histoire, de ses traditions savantes et de ses pratiques patrimoniales. L’enjeu n’est donc pas tant d’opérer un retour sur soi à partir d’un « ailleurs », volontairement ou inconsciemment exotisé que nous avons nous-mêmes construit, mais de saisir cet « ailleurs » dans son historicité, ses archives, l’inscrire dans son espace.

Le projet n’est pas de réunir a priori des approches sous la bannière d’une critique de la modernité occidentale et de son étouffante hégémonie, qui supposerait, par exemple, les « études postcoloniales » comme un corps de doctrine constitué. Ce cycle tente au contraire de donner une consistance propre à cet ailleurs pour mieux entendre ce qu’il nous dit de la France. Quelle meilleure entrée en matière que la conférence de Christian Grataloup, qui propose un bilan critique de la cartographie historique de la France et de ses mythes fondateurs, et, chemin faisant, examine le rapport de la société française à son passé ? Suivront deux autres conférences qui mettront l’accent, pour l’une, sur les débuts de l’occupation coloniale de l’Afrique de l’Ouest vus par les peuples colonisés (Camille Lefebvre), et pour l’autre, sur l’élaboration de l’orientalisme savant à travers une circulation complexe des savoirs entre l’Europe et la partie du monde qu’elle désignait comme l’« Orient » (Pascale Rabault-Feuerhahn).

24 septembre – Christian Grataloup, « L’histoire de France en atlas : mémoires, mondialités, roman national »

14 octobre – Camille Lefebvre, « Quand les Français n’étaient pas forts. Récits sahéliens des débuts de l’occupation coloniale »

24 novembre – Pascale Rabault-Feuerhahn, « L’orientalisme au prisme des transferts culturels »


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search